Identifiez-vous. · Mot de passe perdu · S’enregistrer
Forum: Warhammer Alternative Appendices historiques RSS
Finäel le Forestier (une histoire d' ES)

Annonces

08/07/2007, 19:39 par Narno
Titre: Réouverture de Darkmillenium !
Page:  1  2  suivant 
Avatar
le fan de l'empire #1
Membre depuis Juin 2004 · 75 Messages · Lieu: Quelques part dans mon Sud (Allez Toulouse)
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
Titre: Finäel le Forestier (une histoire d' ES)
Voil  du nouveau!!!!
Une petite histoire avec tout plein de vilains orques et des Elfes Sylvains tout gentils-mimis!!!!  :-D
Je laisse le soin aux joueurs ES (notamment   Teucainje qui m'as mis tellement de dérouillée avec ses écolos   oreilles pointus) de me dire si l'historique est bon et aux autres si l'histoire leur plait. Merci d'avance et bonne lecture:


Chapitre 1

Battant frénétiquement de ses frêles ailes, le jeune moineau tentait désespérément d'échapper   la mort ailée. Il avait trop préjugé de ses forces en s'éloignant tant de son nid et maintenant, il allait payer son imprudence.
Ses forces, elles, diminuaient   mesure de la distance qui le séparait de la petite vouivre. Bientôt, il succomberait   l'horrible pression des multiples crampes qui envahissaient ses muscles et ne pourrait plus voler... S'en serait fini de lui... Les affreux sifflements du reptile, eux, s'approchaient toujours, inéxorablement...

Que s'était-il passé? Pourquoi son prédateur ne le suivait plus? Tout ce que le petit volatile avait perçut ressemblait   un net cri de douleur, suivit d'un bruit de chute. Se retournant dans les airs, il ne la vit pas...En explorant les environs de la disparition, le moineau aperçut enfin celle qui avait tant menacé sa vie, au milieu des arbres, le corps déformé par une chute brutale et une curieuse branche figée dans l'oeil... Tout cela était bien étrange!
Soudain, un sifflotement amical et familier se fit entendre. Attiré par la douce mélodie, le moineau s'enfonça dans les feuillages, oubliant instantanément les douleurs lancinantes qui le torturaient une minute plus tôt. Se posant sur une branche, il vit une curieuse créature, entourée de multiples feuilles et la tête recouverte d'un grand capuchon vert. Seul un sourire chaleureux apparaissait sous les quelques rayons du soleil renaissant. L'étrange protagoniste tendit délicatement ce qui sembla être au volatile une main fine et blanche : une main d'elfe. Le moineau, confiant, s'y posa en un léger battement d'ailes...

Finäel, forestier sylvain et garde de la Loren, caressa délicatement la minuscule tête du volatile en lui sifflotant des mots rassurants. Voila près de trois-cent cinquante ans qu'il vivait dans cette forêt qu'il aimait par-dessus tout. Trois cent cinquante années   apprendre les différents langages de la nature, ainsi que les comportements de tous les êtres animés et inanimés qui la composaient. Autant d'années   la défendre contre les êtres cupides et maléfiques qui peuplaient le Vieux Monde. La symbiose entre lui et Noush était parfaite et tant qu'il lui resterait un souffle de vie, Finäel défendrait la Mère Sacrée.

Mais aujourd'hui, la présence de cette vouivre adolescente prouvait que la Forêt était de nouveau menacée. Le forestier connaissait ces créatures mauvaises, il en avait déj  vu dans les Livres de Connaissances.Seulement les Montagnes du Bord du Monde étaient loin et sa présence en ces lieux signifiait qu'une Waaagh orque était proche. Ces créatures étaient vénérées des peaux-vertes et certains des Maîtres de Sagesse prétendaient même que les Chefs Orques les plus puissants en chevauchaient parfois au combat.
Celle-ci était trop jeune pour être montée, mais arrivée   maturité, elle aurait été sûrement la représentation physique du pouvoir d'un quelconque despot Gobelinoïde. En tout cas, elle n'était désormais plus une menace pour le peuple sylvain, mais il fallait tirer cette histoire au clair !

Délicatement, il sifflota plusieurs questions au petit moineau tout en lui caressant les plumes. Tout d'abord hésitant, le volatile se confia finalement en lui racontant tout ce qu'il avait vu : l'immense campement malodorant, parsemé de feux où rotîssaient des carcasses d'animaux ou de bipèdes, les chants de guerre et la multitude de barbares verts, de tailles et de formes différentes. Apparemment, le petit oiseau avait été pris en chasse par la vouivre au moment où il s'était approché du centre du camp et notamment d'un énorme édifice en pierre blanche. Elle s'en était alors élancée pour le pourchasser.
A l'allusion d'un monument de pierre, Finäel pensa immédiatement   la vieille tour de Nacre d'Enäeron située   la lisière Est de la forêt et construite en l'honneur des premiers colons elfiques venus s'installer en cette terre sacrée. Ainsi ces maudites créatures osaient souiller la représentation même du courage de son peuple. La haine s'empara subitement du coeur du jeune elfe. Son poing se serra autour de son arc, la volonté de venger un tel affront se faisant de plus en plus oppressante. Mais malgré tout, le forestier parvint quand même   calmer son coeur, relâchant par la même occasion le jeune moineau qui s'envola en gazouillant de remerciement. Pour celui-ci, la vie reprenait son cours, rythmée par les recherches de nourriture et les retours au nid, sans même se douter que l'avenir de la Loren se jouerait bientôt.

Sautant de branche en branche pour gagner le chêne le plus haut de cette partie de la forêt, Finäel se jucha au sommet de celui-ci et entonna une lente mélopée, dans une langue millénaire, bientôt reprise par d'autres forestiers génialement répartis près des lisières pour protéger l'accès de la "Cité dans les arbres". Un chant surnaturel se propagea dès lors rapidement parmi les arbres, répercuté voire même amplifié par les feuilles tremblotantes. Au loin une autre symphonie cette fois plus grave et plus courte lui répondit de la même façon, un message lui signifiant deux choses: tout d'abord qu'il avait bien été entendu mais aussi et surtout, qu'il ne devait rien faire d'inconsidéré avant que le Roi et la Reine n'aient décidé de la marche   suivre... Liereth, l'Oreille Sacrée de la cité de Välorien avait parlé et il valait mieux obéir...
L'oubli est l'arme des lâches et l'arrêt de mort des fous.


Et n'oubiez pas de lire ma nouvelle histoire: "Finäel le Forestier" http://www.lesforums.org/viewtopic.php?t=5016 avec tout plein d'elfes
Ce message a été modifié le 04/11/2004, 08:27 par Utilisateur inconnu.
Avatar
Teucainje #2
Membre depuis Juin 2002 · 494 Messages · Lieu: Agen (47) bientôt Poitiers/ Internat Prépa Monta
Membre des groupes: Equipe Warhammer Alternative, Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
Attention   ce que tu en fais de mes écolos, sinon ils pourraient bien s'occuper de tes Slaaneshis... :twisted: quand j'aurai le temps :(

Un bon début, sans faute, agréable   lire... Que dire?



Teucainje: LA SUITE! ;)
Avatar
orgriguy #3
Membre depuis Mars 2004 · 212 Messages · Lieu: en train de boire un coup avec Mork
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
Génial !!! meme moi qui joue Orks et qui deteste les elfes g apprecie :lol:
Hait tout ce qui a des oreilles pointues ou la peau verte...

Proverbe Nain
le nain noir #4
Membre depuis Juillet 2003 · 1980 Messages · Lieu: auxerre/ Dijon
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
tres agréable cette histoire d'elfes sylvains
 :D
Un jour je tuerai le Nain Blanc.Un jour je tuerai le Nain Blanc. Un jour je tuerai le Nain Blanc. un jour....
Avatar
le fan de l'empire #5
Membre depuis Juin 2004 · 75 Messages · Lieu: Quelques part dans mon Sud (Allez Toulouse)
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
Voilou la suite!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Bon comme d'habitude j'espere que cela vous plaira même si cela transcende beaucoup mon style d'écriture (ceux qui ont lu Kar'Andrec le Banni comprendront quand aux autres je leur conseille vivement de fondre dessus  ;-)  :cool:  :-D ).
Bonne lecture et A+


Chapitre 2

Orion soupira de lassitude, fatigué qu'il était. Tant d'attaques s'étaient succédés, tant d'ennemis avaient défilés au lisière de la forêt. Pourquoi les bases du monde ne devait-elle reposer que sur la violence? Les elfes Sylvains pourraient-ils enfin vivre en paix, dans cette Loren qu'ils aimaient par-dessus tout?
Devinant les troubles spirituels de son royal époux, Ariel le rejoignit d'un vol majestueux au centre de l'étang de Jouvence, coeur mystique de la Forêt et centre d'energie de son peuple. Subtilement, elle l'enlaça de ses magnifiques bras pour finalement lui déposer un tendre baiser sur le front. A ce contact délicieux, le Roi d'Athel Loren sourit   cette demi-déesse qu'il avait l'honneur et la joie d'aimer depuis si longtemps.
Cela faisait plusieurs milliers d'années que lui et tout son peuple s'étaient exilé vers ce havre de paix, représentation de leur Eden terrestre. Plusieurs milliers d'années qu'ils avaient été élevés au rang de demi-dieu pour pouvoir mener les Sylvains au travers des âges. Mais malheureusement, cela faisait aussi plusieurs milliers d'années que les agresseurs s'était multipliés, toujours plus nombreux, toujours plus puissant... Et le peuple fée, lui, s'éteignait petit   petit, leur population tirant vers leur déclin. Mais quand cela cesserait-il?

D'un regard, il lui expliqua clairement la situation, un amour quasi éternel rendant toutes paroles superflus. Il lui exposa donc tout les faits, Finäel abattant la jeune vouivre, la Tour d'Enäeron souillée par les orques et les premiers rapports d'escarmouches entre forestiers et peaux-vertes. D'après ce que lui avaient rapporté le Vénérable Aigle, la Waaagh était de mémoire de rapace la plus grosse de toutes celles qui s'étaient présentés aux portes d'Athel Loren. Les premiers arbres étaient tombés pour alimenter leurs feux et beaucoup d'animaux fuyaient la lisières Est.
Seulement, ce n'était pas le seul problème. L'hiver approchait et tôt au tard, Ariel et Orion devraient réintégrer le Grand Chêne. De l , ils leur seraient impossible de mener leur peuple   la victoire. L'affreux peau-verte qui menait ces tribus avait bien choisi son heure!

Ariel, se détacha de son mari, consciente que l'heure n'était pas vraiment aux rapports de tendresse. Ce dont il avait besoin, c'était de conseils avisés et de sérénitude. Entonnant dès lors la Chanson des Etoiles, elle attira   la surface de l'eau de multiples papillons et lucioles, ceux-ci engageant une danse rythmée par la douce voix de leur Reine, le tout donnant un magnifique ballet de couleurs et de formes. La petite cascade qui alimentait le lac mystique déploya dès lors elle aussi une symphonie de sons naturels, n'augmentant que la beauté de l'instant.
Le tout, porté par les feuillages touffus des dix Anciens Gardiens qui protégeaient le sanctuaire et par le calme régnant   Välorien, plongea sa population dans une méditation commune, la mélodie se transformant en complainte et décrivant ainsi tout les faits: la gravité de la situation excluait en effet toute cachotterie envers les elfes sylvains! L'ensemble des citadins s'éleva donc sur un plan psychique supérieur, mêlant ainsi toutes leurs opinions et leurs sentiments.

Orion sourit devant l'intelligence de cette initiative et rejoignit rapidement ses sujets dans cette assemblée spirituelle, triant chacune des propositions et cherchant la meilleur des solutions. Plus d'une journée s'écoula pour terminer ce forum mais malgré sa longueur excessive, Orion en était satisfait. Il détenait sûrement la seule solution capable de sauver Athel Loren et tout ses habitants...

Au loin Finäel s'inquiétait devant l'absence d'ordres clairs, sans compter que la journée s'était écoulé et qu'il n'avait eu aucun contact avec la Cité Mère. A coup sûr, sa Reine avait entonné la divine Chanson des Etoiles, mais malheureusement, cela plongeait les elfes sylvains de Välorien dans l'inaction physique et la lourde responsabillité de la protection d'Athel Loren revenait dès lors   la caste des Forestiers et aux quelques Hommes-Arbres encore éveillés. La situation se revelait donc vraiment critique, si les peaux-vertes décidaient de s'enfoncer dans les bois   ce moment...

Un craquement de branche et des mouvements dans les fourrés tirèrent Finäel de sa réflexion. Cela venait de l'Est, ça il pouvait en être sûr ! L'Est, tenu par les orques...
Mais était-ce bien des orques? Le bruit venait de loin, et bien que sa vue soit perçante, elle n'atteignait pas cette distance. Le forestier attendit donc, laissant approcher la chose... car elle venait bien vers lui ! Le temps sembla se figer pendant ce laps inquiétant. Tout dans la forêt semblait figé... silencieux... mort.
Cinquante mètres! La densité des feuillages ne laissait apparaître qu'une vague ombre, tantôt surgissant et tantôt disparaissant derrière les arbres.
Trente mètres ! En tout cas, cela continuait dans la direction de l'elfe. Lentement, celui-ci banda son arc d'ébène, donné par son père il y a longtemps selon la tradition des forestiers. La flèche pointa vers l'endroit où devait théoriquement réapparaître l'intrus.
Ce qui était réellement sûr, c'est que vu l'odeur nauséabonde qui émanait de cette direction, ce n'était ni un animal ni un elfe...
L'oubli est l'arme des lâches et l'arrêt de mort des fous.


Et n'oubiez pas de lire ma nouvelle histoire: "Finäel le Forestier" http://www.lesforums.org/viewtopic.php?t=5016 avec tout plein d'elfes
Ce message a été modifié le 04/11/2004, 19:10 par Utilisateur inconnu.
le nain noir #6
Membre depuis Juillet 2003 · 1980 Messages · Lieu: auxerre/ Dijon
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
vraiment magnifique
l ambiance est enchenterese
j aime beaucoup  :D
Un jour je tuerai le Nain Blanc.Un jour je tuerai le Nain Blanc. Un jour je tuerai le Nain Blanc. un jour....
Avatar
Teucainje #7
Membre depuis Juin 2002 · 494 Messages · Lieu: Agen (47) bientôt Poitiers/ Internat Prépa Monta
Membre des groupes: Equipe Warhammer Alternative, Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
8O  8O  :!:  :idea:  :o  :)  :-D



Teucainje, sais pas quoi dire d'autre
Fingolfi #8
Membre depuis Janvier 2003 · 161 Messages · Lieu: Montpellier
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
a c bo la nature
vive les ES
suis ému
pitié, quel sentiment étrange est luxueux... Pitié...
Avatar
le fan de l'empire #9
Membre depuis Juin 2004 · 75 Messages · Lieu: Quelques part dans mon Sud (Allez Toulouse)
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
Ben voila la suite!!!!!
C'est un petit peu différent des autres chapitres et je me suis permis une grosse liberté sur l'historique elfe sylvain. en espérant que les inconditionnels me pardonneront et que les autres apprécieront.
Bonne lecture et A+


Chapitre 3
Menerath le Vénérable était anxieux ! Comment Orion pouvait-il lui demandait ça ? Bien sûr les décisions royales n'était normalement pas sujettes   discussions, mais l  !                                                                                                                       Bien que le Seigneur-Bouc ait toujours préservé la Forêt des différents dangers qui s'y était présentés, cette volonté lui paraissait tellement disproportionnée. La démarche rapide et sacadée du vieux Sorcier courbé montrait clairement son embarras. Ruminant ces noires pensées, il se dirigea directement vers le Sanctuaire d'Illaneth où l'attendait déj  le Conseil des Prescient, les Maîtres de Sagesse...
Réveiller les Felänor ! Personne n'y avait ne serait-ce qu'y penser depuis des millénaires.Dire que ces animaux gigantesques avaient été les maîtres de la Loren, il y a de cela si longtemps, bien avant que les Sylvains ne trouvent cette Terre Promise. Seulement la destinée poussa le peuple fée vers ces lisières et l'incompréhension étant le fruit de leurs premiers dialogues, une guerre débuta malgré la volonté de paix du Couple Guide, Orion et Ariel.
Tant de Sylvains moururent sous les défenses d'Okura le Seigneur Sanglier, sous les crocs de Filona la Louve et de bien d'autres mais la volonté d'obtenir une patrie de sérénité des elfes fut la plus forte. Grâce au valeureux sacrifice du Conseil des Prescients de l'époque, la colère de ces géant de Noush put être apaisée et les Dieux-Animaux furent endormis dans le Sanctuaire d'Illaneth.
Depuis plusieurs générations, de nombreux sorciers s'étaient succédés pour les offrandes et les libations quotidiennes pour ces terribles seigneurs. Menerath en faisait partie et malgré la solénité de son oeuvre et sa tranquillité, il avait toujours ressenti une peur profonde face   ces statues végétales qui furent autrefois de terrible tueur. Même si pour un oeil non averti d'humain stupide, elles ne pouvaient représenter que les délires d'un quelconque sculpteur   l'esprit dérangé, l'energie psychique qui en émanait aisement ressenti par tout elfe, indiquait clairement que ces Bêtes n'étaient pas tout   fait endormis, que leur colère naturelle n'était pas tout   fait calmé. Et maintenant, le Roi voulait les réveiller ? En quoi pourraient-ils bien aider les Sylvains puisque même une fois les peaux-vertes vaincus, ils feraient tout pour reprendre leur anciennes Terres, la Loren !
A voir le visage des autres Maître de Sagesse, eux-aussi doutaient de la véracité de cette décision. Prenant malgré tout leurs places repectives dans les alcôves du Grand Chêne, ils joignirent leurs esprit   celui d'Anoril, fils de Noush et Coeur vital de la Loren. Un rayon de lumière céleste jaillit de la cime de l'arbre et le Chant d'Imäenel se répandit dans sa ramure d'or et  d'écarlate, pendant que les Grands Sorciers réunissaient leurs savoir pour trouver la meilleure des façons de réveiller les Felänor.

Tout Välorien était plongé dans un silence irréel, attendant avec anxiété le Rituel de Réveil que bientôt devraient perpétuer les Sages. Ca et l , certains elfes préparaient déj  leurs armes, en sachant très bien que quoi qu'il arrive ils devraient s'en servir, la seule chose pouvant bien changer, serait les êtres sur qui ils devraient les portaient.
L'oubli est l'arme des lâches et l'arrêt de mort des fous.


Et n'oubiez pas de lire ma nouvelle histoire: "Finäel le Forestier" http://www.lesforums.org/viewtopic.php?t=5016 avec tout plein d'elfes
Ce message a été modifié 2 fois, dernière modification le 13/11/2004, 11:05 par Utilisateur inconnu.
le nain noir #10
Membre depuis Juillet 2003 · 1980 Messages · Lieu: auxerre/ Dijon
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
toujours aussi bien . féliciation
Un jour je tuerai le Nain Blanc.Un jour je tuerai le Nain Blanc. Un jour je tuerai le Nain Blanc. un jour....
Avatar
le fan de l'empire #11
Membre depuis Juin 2004 · 75 Messages · Lieu: Quelques part dans mon Sud (Allez Toulouse)
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
Bon ben d'abord j'aimerais remercier tout ceux qui ont pris la peine de me repondre,en particulier   cette chere boule de poils noirs...pardon :rolleyes:    ce cher Nain Noir :cool:  :-D  a la culture si développés: Toujours présent pour m'encourager ou me corriger et ça sa fait vraiment chaud au coeur. Ensuite   Teucainje qui a bien su me conseiller sur Kar'Andrec et j'espere qui pourra réitérer sur cette histoire (enfin dès que l'on se verra!!!!) et enfin   tout les autres...

Par contre j'aimerais vraiment que tout ceux qui m'ont lu ou qui me liront me disent si les derniers événement leur plaisent pour savoir si je dois continuer dans cette voie (après tout étant loin d'etre un bon écrivain je préfère me baser aussi sur l'avis des autres donc Merci d'avance!!).
A+
L'oubli est l'arme des lâches et l'arrêt de mort des fous.


Et n'oubiez pas de lire ma nouvelle histoire: "Finäel le Forestier" http://www.lesforums.org/viewtopic.php?t=5016 avec tout plein d'elfes
Ce message a été modifié le 11/11/2004, 18:37 par Utilisateur inconnu.
le nain noir #12
Membre depuis Juillet 2003 · 1980 Messages · Lieu: auxerre/ Dijon
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
Cette histoire est vraiment plaisante
Il n y a pas beaucoup "d'écrivains" en ce moment. De plus, les elfes sylvains ne sont pas trop représentés.
L'idée en elle même est très intéressante et l'on peut facilement opposer la beauté de la forêt (merveilleusement retranscrite)   la brutalité primaire orque, de même opposer la sérénité de la foret   la sauvagerie des combats. Voir opposer la vie de la forêt   la mort inhérente a la bataille

Cette histoire, orque contre elfe sylvain est somme toute assez classique mais n a pas pour autant perdu de son charme.

Moi j attends la suite avec impatience (grâce notamment    l'effet de suspense habilement ménagé)
Un jour je tuerai le Nain Blanc.Un jour je tuerai le Nain Blanc. Un jour je tuerai le Nain Blanc. un jour....
Avatar
le fan de l'empire #13
Membre depuis Juin 2004 · 75 Messages · Lieu: Quelques part dans mon Sud (Allez Toulouse)
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
Salut   vous tous!!!!!!!!!!
Ca y est je l'ai cette suite. Depuis le temps que je voulais la finir!!!!!!!
Depuis le temps que j'était écroulé sous le boulot et que je n'arrivais pas   me concentrer dessus. Mais j'ai vaincu.

Alors vous n'avez même pas le droit de me dire que c'est pas bien :evil:  :-D . Non je rigole bien sur!!!!!!!!!
J'espere vraiment que ça vas vous plaire. ;-)
Alors bonne lecture et A+


Chapitre 4
Rapide comme l'éclair, mort était son nom !
La flèche se ficha en plein centre de l'horrible faciès du gobelin. Un cri strident de douleur fut la terminaison de sa pitoyable vie. C'était le septième que Finäel abattait mais malgré cela, tant d'autres arrivaient. Le Forestier ne savait pas combien de temps il pourrait tenir, son carquois ne serait pas éternellement fourni. Pour le moment les peaux-vertes ne semblaient pas l'avoir reperé mais sa chance finirait bien tôt ou tard par tourner. D'autres formes encapuchonnés se déplaçaient sur ses flancs, mais Finäel savait que ses frères s'en occupaient. Pour l'instant sa seule mission consistait   repousser le maximum d'ennemis, avec le plus de rapidité possible.
En scrutant plus attentivement les semblant de rangs peaux-vertes éparpillés sur les quatres-vingt premiers mètres de la lisière, l'elfe remarqua qu'en fait la grande majorité des troupes n'était constituée que de Gobelins de la Nuit. Connaissant leur couardise légendaire, le Sylvain comprit rapidement que sa meilleure alliée était bien leur peur chronique de tout ce qui bougeait. D'ailleurs, comme pour confirmer sa pensée, les premiers couinements de panique retentirent dans les rangs gobelinoïde. Gênés dans leur progression par l'épaisse végétation, ils n'avançaient que difficilement et offraient de par la même   sa vue perçante et   celle des autres Forestiers, des cibles idéales... Mais c'était sans compter sur le fait qu'ils étaient des centaines !
 *****
Trente mètres! c'était la distance qui le séparait du dernier gobelin qu'il venait d'éliminer... Finäel ne comptait même plus le nombre d'ennemis qu'il avait abbatu. Son bras commençait sérieusement   se faire sentir et chaque tension de la corde de son arc augmentait la douleur lancinante de son biceps. Poussés par leurs chefs, les gobelins eux avançaient toujours...
Vingt mètres! Ca y est, les premières flèches   empennage noir sifflèrent autour du Forestier! Il était repéré! Heureusement que ces lamentables êtres ne savaient pas viser. Encochant une énième flèche sur son arc, Finäel visa le tireur le plus proche et mis  fin   ses jours. Mais les fantassins progressaient toujours... Inlassablement!
Dix mètres! La position était intenable! Le repli sur la seconde ligne, primordial! Sautant au bas d'Imoeth, le vieux Frêne qui l'avait tant de fois supporté, le Forestier se dirigea vers Äeruthn, son frère au feuillage bien plus touffu et notamment l  où l'attendait deux carquois de réserve. En courant parmi les arbres, Finäel ressentit aisément leur colère et leur souffrance face au coups de lame gratuits que donnaient les peaux-vertes au fur et   mesure de leur avancée. Maudissant ses ennemis, le Forestier atteint le Frêne millénaire et grimpa sans attendre dans son feuillage. Saisissant au passage l'un des carquois de peaux rempli de flèches, il choisit la meilleur position de tir pour convenablement harceler les Gobelins. Et la fureur meurtrière de son arc reprit, abattant tant et plus de peaux-vertes.
Soudain, surgissant de nulle part, une nuée de snotling prit d'assaut le Frêne où était perché Finäel ! La vingtaine de minuscule gobelins se jetèrent sur l'elfe, le lacerant   l'aide des bouts d'os et de bois qui leurs servaient d'armes. Surpris par cette attaque inattendue, le Forestier parvint   saisir, non sans difficultées, l'une de ses dagues et débuta une moisson mortelle sur tout la longueur de son corps, tuant ou repoussant les piailleurs inopportuns. Ainsi après de maintes efforts et le visage ensanglanté, il parvint   tous les éliminer mais une autre désagréable surprise fit suite   cette attaque: son arc et ses flèches étaient tombés par terre sûrement poussés par ces vils êtres. Avec l'agilité d'un félin, Finäel sauta de branches en branches pour atteindre le sol mais malheureusement trop tard, six lanciers gobelins se tenaient entre lui et son arc.
Entrevoyant les sourires sadiques de ces frêles peaux-vertes sous leurs sombres capuchons, Finäel ne put empêcher un frissonnement dorsal en pensant   son sort si les Gobelins de la nuit parvenaient   le capturaient vivant. Car quoi qu'étant les pires combattants du Vieux Monde, ils n'en restaient pas moins plus nombreux...
 Finalement, chassant toute idée de fuite et toute pensée négatives de son esprit, le Sylvain prit son courage   deux mains et se rua sur les gobelins, hurlant sa haine. Surpris par autant de promptitude, le premier des peaux-vertes ne comprit réellement ce qui lui arrivait que quand son abdomen déversa ses vicères sur la mousse automnale. Le second ne parvint qu'a lever sa lance en direction de l'elfe, mais la vitesse innée du peuple Fée eu raison de sa gorge, celui-ci rejoignant ses compagnons dans les abysses profondes de la mort. 
Voyant cela les autres s'écartèrent instantanement du Forestier, plus par peur d'ailleurs que par réaction guerrière,  pour l'encercler de pointes de fer rouillé. Criant pour effrayer leur proie,les gobelins tentèrent de l'empaler mais sa rapidité était telle qu'il parvenait tout le temps   repousser leurs attaques. Rassurés par leur nombre, les peaux-vertes commencèrent   prendre goût   ce jeu, c'était en effet pour eux la première fois qu'ils avaient l'occasion de faire danser leur dîner...
La situation virait au cauchemar pour Finäel. Aisément perceptible malgré le brouhaha général, les chants des cors de la Loren indiquaient clairement que les forestiers refluaient de toutes part, repoussaient par le nombre conséquent des Gobelins. Bientôt, l'elfe se retrouverait seul, seul face   la mort, ou   bien pire... D'autres peaux-vertes rejoignirent ses bourreaux...
L'horrible douleur ne mit pas longtemps   le faire hurler ! L'une des pointes avait trouvé la faille, avait percé sa chair. Ce lâche avait frappé dans son dos, tout près du rein. Ivre de rage face   tant de bassesse, l'elfe sentit une vague d'adrénaline submerger ses pensées les plus rationnelles ! Oubliant toutes notions de sauvegarde, il sautat en hurlant sur le peaux-verte déviant sa lance   l'aide de la dague dans sa main gauche et plantant l'autre dans l'oeil de son agresseur. Sa sauvagerie était-elle que l'acharnement fut maître de ses gestes. Mais c'était la derniere de ses attaques, son coeur battant la chamade lui rappela son état physique. Ses tempes, au bord de l'éclatement, battaient d'une triste rythmique le chant de la mort.
Malgré le fait que l'elfe était par terre complètement   bout, ce qui restait du Gobelin créa un soudain mouvement de panique dans leurs rangs mais la présence d'un énorme chef d'unité dissuada les couards de fuir. Celui-ci profitant de la situation de faiblesse du grand oreille pointue, en conclua qu'il était temps d'asseoir son autorité. Repoussant les plus virulents de ses soldats   grand coup de baffes, il se planta face au forestier, sa lame pointée vers sa tête et une lueur rougeoyante de sadisme dans les yeux...
Pourquoi devait-il mourir ainsi ? Pourquoi Noush l'abandonnait-elle ? Lui qui l'avait tant de fois défendu. Au bord de l'asphyxie, Finäel ne percevait même plus ce qui l'entourait. Tout ce qu'il pouvait voir, c'était une jeune pousse de chêne, émergeant timidement de terre sous ses yeux, sûrement née au Printemps.  Et lui, verrait-il la Loren brûler ?
Le chef peau-verte  n'eu même pas le temps d'achever sa victime. L'immense forme sombre l'envoya d'un coup dévastateur s'écraser contre un arbre. Les autres lanciers n'eurent pas le temps de réaliser ce qui leur tomber dessus qu'un autre coup de branche en balaya cinq comme des fétus de paille. Le rugissement millénaire qui émergea de l'homme-arbre suffit a supprimer tout résidu de courage parmi les survivants. L'unité entière s'égailla  dans toutes les directions, pourvu que cela les éloignait de ce monstre de bois ...
Ne parvenant pas   dompter sa rage, Aeruthn poursuivit le gros des Gobelins de sa lourd démarche. Ecrasant les plus lent comme de vulgaire cafard, il laissa libre cours   sa haine. Tant qu'il en tuait un maximum ! Autour de lui, ses frères Gardiens repoussaient les autres régiments vers la lisière de la Forêt. La terreur profonde que leur carrure imposait aux Gobelins de la Nuit repoussa les créatures sur toute la ligne de front. Leur juste colère ne fut finalement stoppée que lorsque qu'ils émergèrent de la Forêt et découvrirent face   eux plusieurs centaines d'archers orques répartis sur les collines qui faisaient face   Athel Loren. Un cri sauvage surgit des lignes orques et une volée de flèche noires emplit le ciel, masquant pendant un cours instant la faible lueur d'un timide soleil automnale. Après quelques secondes d'envolée, les multiples projectiles s'abattirent sur la quinzaine d'homme-arbre présent. Malgré leur endurance   toute épreuve, une telle expérience n'était pas a renouveller.

Réprimant   contre-coeur sa rage légitime, Aeruthn mit ses mains feuillus en porte-voix et d'une grave mélodie ordonna la retraite. Ils n'étaient pas en position de force et de toutes façons leur mission était accomplie.Malgré leur percée fulgurante et le nombre de peaux-vertes tués, leur retraite n'eut pour résultat que de provoquer des éclats de rires sinistres parmi les rangs orques, mais l'antique Gardien était sûr d'une chose: ce n'était que partie remise, bientôt il se vengerait et nombreuses seraient les abominations   tomber.

NahGruk était satisfait ! La facilité avec laquelle ces pauvres Gobelins   robe noire avaient percés les lignes des oreilles pointues était déconcertante. Si ces faibles avaient fuient devant des Gobs, ils ne tiendraient même pas une seconde face   ses puissants orques. L'imposant Chef de Guerre Orque Noir sourit   l'idée que sans l'intervention des BoudeBoikiMarches, les oreilles pointues auraient étaient vaincus par des pitoyables Gobelins. Et dire que par le passé plusieurs Waaagh avaient été vaincus par ces êtres pathétiques... Le rictus de mépris sur son faciès fit apparaître une rangée de crocs jaunis...
Cinq minutes plus tard, Krakitt, Seigneur de la tribu des Dents Cassées atteignit la ligne des peaux-vertes avec ce qui lui restait d'archers et de lanciers. Tremblant de tout son corps, le gros gobelin se dirigea vers NahGruk en priant Gork qu'il ne lui serve pas de défouloir. S'agenouillant devant l'énorme Orque Noir   qui il avait juré allégeance il y avait de cela dix mois, il ne parvint qu'  bredouiller quelques escuses inaudibles. NahGruk de sa voix rauque mit fin   ces plaintes en lui vociférant : " Spèce de lâche, J'pense pas t'avoir dit de fuir devant les BoudeBoikiMarche ! Pourkoi t'es parti comme une Fiotte? Ta tribu mérite même pas de vivre   nos côtés. Kestu fous dans cte Waaagh ? "
-Mé Chef, I mon tué preske toute ma Tribu ! J'pouvé rin fere face   cé monstros! Et pis...                                                        -Silence pov'minab !"                                                                                                                                                               NahGruk, exaspéré, décapita sommairement le Gobelin terrifié, de sa lame Tranchtou. Instantannement, une dizaine de peaux-vertes de tout type se jetèrent sur son cadavre pour le dépouiller. L'Orque Noir les laissant   leur macabre occupation, se dirigea vers sa vouivre qui l'attendait un peu plus loin, posée derrière les lignes de guerriers. Somme toute, Krakitt n'avait pas vraiment failli   sa mission, puisque ses Gobs n'étaient l  que pour tester les premières défenses elfiques mais NahGruk préférait le tuer... pour la forme ! En tout cas le Boss avait eu raison de les mener en ces lieux   cette époque de l'année, les perspectives de massacre et de destruction y étaient nombreuses et avec un chef aussi puissant, la Waaagh ne pouvait aller que vers la victoire. Content de sa journée, le Chef de Guerre monta sur le dos de sa vouivre et d'un coup de talon, lui insuffla l'ordre de s'élever dans les airs. Tirant sur les renes, il la dirigea en direction de l'immense campement: il avait un rapport   faire...
L'oubli est l'arme des lâches et l'arrêt de mort des fous.


Et n'oubiez pas de lire ma nouvelle histoire: "Finäel le Forestier" http://www.lesforums.org/viewtopic.php?t=5016 avec tout plein d'elfes
Ce message a été modifié le 27/11/2004, 21:55 par Utilisateur inconnu.
le nain noir #14
Membre depuis Juillet 2003 · 1980 Messages · Lieu: auxerre/ Dijon
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
excelent . Il y a de très gros progrès . félicitation
Sinon une remarque

Malgré leur endurance   toute épreuve, une telle
Réprimant   contre-coeur sa rage légitime


Il ne manque pas une partie de texte après "telle"?
Un jour je tuerai le Nain Blanc.Un jour je tuerai le Nain Blanc. Un jour je tuerai le Nain Blanc. un jour....
Avatar
le fan de l'empire #15
Membre depuis Juin 2004 · 75 Messages · Lieu: Quelques part dans mon Sud (Allez Toulouse)
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
:oops:  :red:  :red:
Mille escuse!!! Je suis totalement confus et dégouté pour cette partie manquante, ça m'a cassé tout mon effet. Mais ne t'en fais pas je l'ai corriger.

A+
L'oubli est l'arme des lâches et l'arrêt de mort des fous.


Et n'oubiez pas de lire ma nouvelle histoire: "Finäel le Forestier" http://www.lesforums.org/viewtopic.php?t=5016 avec tout plein d'elfes
Code de vérification: VeriCode Merci de recopier le code de vérification affiché dans l’image dans le champ adjacent.
Emoticones: :-) ;-) :-D :-p :blush: :cool: :rolleyes: :huh: :-/ <_< :-( :'( :#: :scared: 8-( :nuts: :-O
Caractères spéciaux:
Page:  1  2  suivant 
Aller au forum
This board is powered by the Unclassified NewsBoard software, 20120620-dev, © 2003-2011 by Yves Goergen
Page générée en 944.1 ms (577.5 ms) · 122 requêtes sur la base de données en 710.4 ms
Heure: 22/11/2017, 09:55:52 (UTC +01:00)