Identifiez-vous. · Mot de passe perdu · S’enregistrer
Forum: Warhammer Alternative Appendices historiques RSS
Les chroniques des seigneurs du nord.

Annonces

08/07/2007, 19:39 par Narno
Titre: Réouverture de Darkmillenium !
Arganoth #1
Membre depuis Mars 2005 · 1 Message · Lieu: Annecy
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
Titre: Les chroniques des seigneurs du nord.
Voici l'histoire d'une armée du chaos de Tzeentch que je collectionne depuis près de 2 ans. Si vous avez du temps   perdre, installez-vous confortablement devant votre écran, faites-vous un café, et entrez dans les méandres de mon inconscient...

       
                    D'Arganoth


    Pour comprendre ce qu'est vraiment la bande connue sous le nom de  "Lai Cutares", il faut d'abord remonter   ses origines, et donc   son fondateur, l'omnipotent Arganoth.
    Jadis grand maître de l'ordre celeste, sorcier estimé et reconnu par ses pairs comme le plus doué d'entre eux, Mannfred von Clovis était l'un des plus loyaux sujets de l'empereur, sa foi et sa dévotion envers Sigmar ne pouvait être mis en doûte. Féroce adversaire des forçes du chaos, il fût également leur ennemi le plus implacable, et maints raids barbares trop impétieux furent anéantis par sa fureur.
    Il advint cependant un évènement qui boulversa sa vie   tout
jamais. Sa ville natale, Hostenberg, fût assaillie par une bande grouillante
et corrompue de démons de Tzeentch, le prince du changement, un jour que les vents de magie s'avérèrent particulièrement tumultueux. Tout les
habitants de la ville, dont les parents de Mannfred, moururent dens d'atroces souffrançes, leur corps disstordu par la puissance mutagène du Grand Architecte.
    Von Clovis arriva trop tard sur les lieux du drame, et il sombra dans la folie. Longue fût sa convalescence, et fièvres et démences passagères se succèdèrent. A son reveil cependant, qulque chose en lui avait changé.
Il rassembla quelques-uns de ses plus fidèles compagnons, et partit pour
l'Umbra Chaotica, où il prétendait faire mordre la poussière au grand
Tzeentch lui-même.
    On ne sait que peu de choses sur son incroyable périple, car seules des rumeurs ne nous parvinrent sur ses exploits. Il nous est cependant évident qu'il parvint en fin de compte   destination.
    Cependant, lorsqu'il sortit des royaumes du chaos, il était
impossible de s'imager qu'un tel être puisse avoir été un grand défenseur
de l'Empire, tant l'influence du chaos l'avait rendu méconnaissable.
Son port autrefois altier était souillé du sang des purs, et ses yeux
n'était que fenêtres ouvrant tout droit sur la noirceur de sa haine. Tout en lui ne réclamait que mort et vengeance sur cet Empire qui l'avait dupé.

    Arganoth ( ce qui signifie "être de haine"), car tel était son nouveau nom, prit le contrôle d'une tribu qui peuplait les désolations nordiques, et son empire prospéra au fil du temps. Il rallia   lui de puissants guerriers et sorciers, tel Jonaleth Irenicus et ses deux frêres.
    Lorsque sonna l'heure de l'avênement d'Archaon et de la tempête du chaos, Argantoth, élu favori de Tzeentch, rassembla ses forçes et partit pour semer la mort dans la vieux monde. Devant les murs de Middenheim, il se battit avec une rage stupéfiante, et sa magie incinéra les guerriers del'Empire par centaines.
    Au cours de la bataille, il finit cependant par rencontrer l'Archimage Téclis, et les deux formidables sorciers se livrèrent un combat sans merci.Des énergies chaotiques d'une puissance indicible furent lançés et disssipés, le ciel crépitait et se gondolait dans un fracas assourdissant: Téclis avait trouvé un adversaire digne de lui. Ce ne fut qu'en puisant dans
la magie de son bâton qu'il vint   bout d'Arganoth, et ce au prix d' un effort
colossale.
    Leur maître mort, les troupes d'Azar'kul se retirèrent, commandées par Jonaleth Irenicus, et se refugièrent dans l'obscurité de la forêt des ombres.
   
           
                De Jonaleth Irenicus

    Jonaleth Irenicus était quant   lui un elfe d'Ulthuan. Sombre et
réservé, il crut avoir trouvé sa voie dans la prêtrise, et se fit paladin
d'Asuryan. L'avenir lui montra que son destin était tout autre.
    Aventurier infatigable, il parcourut le monde avec quelques
compagnons, partageant sa foi avec les faibles et les opprimés.
De retour au temple d'Asuryan, il fit la connaissance de Dame Aribeth,
une prêtresse dont la pâle beauté envouta Jonaleth dès les premiers instants
 où il l'aperçut. Il parvint   conquérir son coeur, et tout deuxvecurent un
bref instant de bonheur, dans la serenité et la paix, jusqu'  ce que leur destin ne les rattrapent.
    Une rumeur infâme, dont la sourçe n'était autre que l'un des sbires  maudits de Malékith, circula, prétendant que le culte de Slaanesh était
nouveau actif en Ulthuan, et que son siège n'était nul autre que le grand
temple d'Asuryan. Malgré les avertissements des anciens, dont le souvenir
de cette période sombre qu'était la déchirure était encore douloureux, une
purge fût menée avec vigueur,  et de fidèles sujets du roi phénix furent
montrés du doigt. Parmi eux figurait Dame Aribeth, au grand dam de
Jonaleth, qui ne pouvait croire en la culpabilité de sa dulcinée. Malgré
ses supplications, les présumés dévots de Slaanesh furent tous pendus, un
crépuscule de la saison des tempêtes.
    Jonaleth pleura jour et nuit la perte de sa bien-aimée, puis son
chagrin se mua en colère, et sa colère en haine froide. Tout son être ne
réclamait que vengeance. Il voulut obtenir réparation, mais ne reçut en
écho qu'un silence de glaçe. Fou de rage, il assassina le grand prêtre
d'Asuryan de ses propres mains, puis empala son corps devant le temple
 avant de fuir pour les désolations du chaos.
    L , il vendit son âmes aux puissances de la ruine, et fit voeux
de poursuivre de sa haine tous les ennemis du chaos, quels qu'ils soit.

    C'est alors qu'il fit la connaissance d'Arganoth, en qui il reconnu
celui qui lui permettrait d'assouvir sa vengeance. Il lui jura fidelité, et
fût promut général de la légion Alpha, de l'elfique "Lae Cutares", la plus
puissante des armées du seigneur de la Négation*.
    Jonaleth servit son maître avec vigueur et loyauté, apprit les arts sombres, et fit preuve d'un talent inné pour la stratégie militaire. Sous
son commandement, la légion Alpha connu ses plus grandes heures de gloire.

    Ce ne fut que sous les murs de Middenheim qu'il connut sa plus
affligeante défaite. Archaon vaincu, son maître occit, Jonaleth fut forçé de
fuir, emportant avec lui le corps d'Arganoth et ce qui restait du Lae Cutares.
Il erra maints années durant, tentant de regagner les désolations chaotiques,
mais surtout, de redonner la vie   son défunt maître.
    Dans les terres désolées de Naggaroth, il orchestra une manoeuvre déséspérée visant   s'emparer de la pierre d'or marin, un artefact légendaire qui pouvait, selon certaines rumeurs, transformer le fer en or et même permettre   son porteur de défier la mort.
    Sa tentative échoua, et Jonaleth, une fois de plus, dût fuir. Il a depuis lors réussit   reconquérir Azar'kul, et en a fait un puissant royaume, qui n'est cependant qu'une pâle copie de sa grandeur passée. Mais Irenicus croît en puissance, et il n'est pas impossible que bientôt, il fasse renaître Arganoth de ses cendres, pour qu'enfin le chaos règne en maître absolu.


            Des frêres Tzaan et Yshill'ya

    Les frêres Tzaan et Yshill'ya étaient quand   eux des Kislévites de souche, natifs d'Erengrad et fils d'un boyard réputé pour la facilité
déconcertante avec laquelle il engloutissait les litres de bières. La plupart
du temps ivre mort, il était de nature violente et battait sa femme de façon
régulière.
    Ce fut cet aspect de sa personnalité qui le mena   des actes insensés.
Le soir de la naissance des deux frêres, il était dans un état d'ébriéte si avançé qu'il roua de coup la pauvre mère avant d'abandonner les enfants jugés trop frivoles dans la campagne en plein hiver.
    Tzaan et Yshill'ya aurait dut mourir de froid et de faim, mais tel
n'était pas leur destin. Il furent recueillis par le chef d'une tribu nordique qui, par bonheur, avait l'habitude de chasser dans les environs. Il les amena chez lui et les éleva comme ses propres fils.

    Devenus grands et forts, Tzaan et Yshill'ya s'imposèrent rapidement dans la tribu comme conseillers et sorciers confirmés. Populaires et éloquents, ils succèdèrent dignement   leur père adoptif   la mort de ce dernier, et règnèrent sur la tribu d'une main de fer.
    Lorsqu'il apprirent la vérité de la bouche même de leur mère adoptive au sujet de leurs véritables parents, leurs coeurs furent troublés et emplis de dégout et de haine envers ce "père" qui les avait lachement abandonnés. Ils allèrent donc   Erengrad, déguisés en mendiants, et jours et nuits travaillèrent sans relache afin de perçer le secret de leurs origines.
    Ils surent donc que leur mère était finalement morte de chagrin, et que leur boyard de père s'était remarié   une femme de haute lignée, la comtesse von Jangarden. Fous de rage, ils assassinèrent leur père et sa courtisane de femme avec la plus grande sauvagerie, puis s'enfuirent d'Erengrad.
   
    Durant les années qui suivirent, leur tribu prospera, forte de pillages
quotidiens et d'un commerce actif avec la cité de Marienburg. Une ombre se
developpait cependant   l'est, où un seigneur de guerre du nom d'Arganoth
asservissait une   une toute les tribus dans l'ombre du chaos et faisait de plus
en plus parler de lui. Tous les princes du chaos qui avait osés le défier était
tombés dans l'instant,   l'instar du redouté Sarevok.
    Lorsque l'ost d'Azarkul deferla sur leurs terres, Tzaan et Yshill'ya
étaient prêt et tinrent la dragée haute   l'assaillant pendant quelques temps,
mais ils furent inéxorablement vaincus par le prince du changement. Ce
dernier, contre toute attente, les épargna, et en fit ses lieutenants, un rôle
qu'ils remplirent   merveille.
    C'est l  qu'ils firent la connaissance de Jonaleth Irenicus, l'elfe déchu,
et ils virent en lui un signe du destin. Pour une raison inconnue, ils
l'appelèrent leur frêre et furent ses plus braves et loyaux compagnons.
Ensemble, leur pouvoirs magiques étaient d'une efficacité redoutable, et
ils furent   l'origine de l'invocation de démons de Tzeentch qui vinrent
prêter mains forte   l'armée d'Arganoth, lequel appréciait particulièrement
les "trois frêres"et considérait d'un bon oeil la sorte de Cabale qu'ils avaient
formés.
    La chute d'Arganoth n'a pas déssouder l'entente fraternelle de Tzaan et
Yshill'ya envers Irenicus, et   eux trois ils sèment mensonges et mutations sur
le vieux monde, afin de rappeler que leur réputation n'est pas usurpée.


 
                 De la quête d'Arganoth

    Bien peu d'écrits relatent la quête légendaire d'Arganoth pour acquérir
les fameux "artefacts de la Négation", dont il est dit que celui qui les
posséderaient pourrait dominer le monde. Ces rumeurs sont quelque peu
exagerées, mais il est vrai que les artefacts de la Négation sont des objets
d'une puissance effroyable.
    C'est au temple du Tout-changeant, dans les terres froides et mornes
de Naggaroth, que menèrent les recherches d'Arganoth. Une armée fût
immédiatement apprêtée, et le trône d'Azar'kul resté vacant fût confié
  Jonaleth Irenicus, le paladin déchu. Arganoth traversa en coup de vent
le royaume de Malékith, ecrasant impitoyablement quiconque se dressait
entre lui et sa destinée. On murmure même qu'il vaincit l'ost personnel de
la grande matriarche des elfes moirs, la prophètesse Morathi   la beauté
fatale, au cours d'une bataille épique qui fit trembler terre et mer.
    C'est avec des forçes réduites mais endurçies qu'Arganoth parvint
devant les hautes murailles aux couleurs chatoyantes qui marquait l'entrée
du temple du Tout-changeant. Mais l  l'attendait une autre surprise. Car
devant lui se tenait une masse puante et depenaillée de morts-vivants toute
droit sortis des tréfonds de l'enfer, accompagnée de nuées cauchemardesque de
fantômes translucides mais surtout, d'un monstrueux vampire dont la
musculature n'avait rien   envier aux plus imposants dragons-ogres et dont
les griffes pouvait transperçer les chairs avec autant de facilité.
    C'était Rahmotep, le stryge déchu, et d'un hurlement strident qui
déchira les cieux assombris, il lança son armée sur Arganoth. Longue fût
la tuerie qui s'en suivit, mais dans la clameur des combats, Arganoth et
Rahmotep se rencontrèrent. Tout deux était d'excellents guerriers, et
leur duel fit rage pendant plus d'une heure. Finalement, une feinte habile
vint   bout du stryge, et les morts-vivants tombèrent en poussière.
    Arganoth ouvrit alors les lourdes portes recouvertes de runes
entrelaçées, l'air se remplit de plaintes et de cris atroces, puis il s'engouffra
dans le temple et fût englouti par le néant...

    Lorsqu'il en ressorti, quelques jours plus tard, ses sujets tombèrent
immédiatement   genoux, car il était manifestement l'un des favoris du
chaos. Dans sa main droite était un bâton étrange gorgé d'énergie pure,
dans sa main gauche un bouclier brillant de milles feux. Et sa tête était le
heaume de la Négation, un ouvrage antique tissé de toutes couleurs, qui
chatoyait et changeait de teinte quand il bougeait, de telle sorte que
l'oeil était confondu.
    Alors il parla, ce qui força les barbares   se boucher les oreilles,
car sa voix était celle d'un démon, sourçe d'une intense douleur pour les
mortels:
    "Ecoutez moi, maintenant, car je suis le favori de Tzeentch, chef
des légions de l'Entropie, haut seigneur de la Négation. La volonté de
Tzeentch parle par ma voix, et l'altération est mon souffle. Le grand
architecte m'a fait partagé le destin de ce monde, et j'y ait vu la chute
des hommes. J'ai vu les flammes balayer leurs méprisables cités, et
la mort asservir leurs pitoyables nations. Puis je l'ai vu, lui... Le
seigneur de l'apocalypse se relevera de ses cendres pour marcher sur
le monde dans une ultime bataille, et les puissances de la ruine seront
  ces côtés. Et ce jour-l , nous repondront   l'appel, et nous feront
vaciller cet "Empire" batti par des faibles, au nom de Tzeentch!!!"


                    D'Azar'kul

    Lorsqu'Arganoth ressorti des royaumes du chaos, il lui fallait des
terres. Or, devant lui s'etendait les verts paturages de fiers nordiques
connue sous le nom d'"Haschascin", une etendue fertile et prospère, ayant
une ouverture stratégique sur le mer ainsi qu'une main d'oeuvre ouvrière
abondante, puisque les Haschascins était d'excellent fermiers et agriculteurs,
et comptait parmis les plus grands pêcheurs du vieux monde. De plus, cette
region comptait très peu de places fortes et de bastions militaires, elle serait
donc aisée   asservir. Arganoth, faisant appel   sa puissance balbutiante,
conjura une petite forçe de démons, et marcha ouvertement sur Uglûd, la
capitale Haschaschine. Il ne rencontra de quelconque resistance que lorsqu'il
parvint au pied des murs même d'Uglûd: la resistance y fût acharnée, et le
siège de la ville dura plusieurs semaines. Les Haschascins était de feroces
combattants, qui ne cedait le moindre pouce de terrain qu'  moins d'y être
forçé. De plus, ils avaient   leur tête un denommé Haman, dont les
capacités cabalistiques permirent   la ville de contrer les ardeurs
sanguinaires des démons. Cependant, la puissance d'Arganoth ne faisait que
croître au fur et   mesure que le temps s'ecoulait, et sa maîtrise des energies
impies allaient de pair. Vint donc le jour où, d'un puissant sort, il fit
s'effondrer la porte de la cité; la horde demoniaque s'engouffra dans la brêche
béante et fumante qu'avait provoquée la fureur d'Arganoth, et les
défenseurs furent massacrés jusqu'au dernier d'entre eux. Le mage Haman
fût torturé avec la plus grande cruauté, puis, lorsque les boureaux
d'Arganoth se furent lassés de lui, ses entrailles sanguinolentes furent jetés en
pature aux chiens, tandis que des démonettes vinrent se repaître du reste de
son corps. La ville etait entre les mains d'Arganoth. Comme celui-ci s'y
attendait, dès le lendemain vinrent   lui des émissaires qui jurent soumission
 et obeissance au prince du changement. La terre Haschascin était conquise.
    Arganoth rebaptisa son territoire Azar'kul, ce qui signifie assez
littéralement " Royaume de la noire sorcellerie". Il s'activa alors   faire
s'epanouir son domaine: il construisit de grandes tours de garde, tel
Angband où Utumno, affermit son contrôle des mers, avec la création d'une
puissante flotte de "Drakkars", asservit les peuplades barbares qui menaçaient
ses frontières,   l'instar des Scythes, et devellopa de nouvelles techologies
agricoles, comme l'alternance des cultures où l'irrigation. Il créa une
importante forçe militaire, dont les effectifs s'accrurent parallement   l'essor
d'Azar'kul, et sur les ruines d'Uglûd, il fonda sa capitale, Orkalath. Toutes
les tribus qui tentèrent de l'envahir furent exterminés et asservies. Un
commerce actif fût etabli avec la cité de Marienburg, et des cités portuaires
comme Port Lliast et Speholld expédiait leurs marchandises de part le monde
entier, des côtes de Bretonnie   la lointaine Cathay. Azar'kul connaissait alors
son âge d'or, dont l' apogée ne vint qu'avec l'annexion de la tribu Aghol et
que lorsque Jonaleth Irenicus fût mit   la tête du Lae Cutares. La gloire
d'Azar'kul  fût alors   son paroxysme.

    Mais toute chose a une fin, et celle d'Arganoth approchait   grands pas
alors que le nom d'Archaon commençait   se faire connaître. Ce tueur
implacable avait reussit   mettre la main sur quatre des terribles artefacts
de la fin des temps, et il parcourait le nord   la recherche de l'objet manquant,
la couronne de domination, qui le consacrerait favori des dieux et seigneur
de l'Apocalypse. Le Haut seigneur de la Négation y vit un signe du destin, il
rassembla ses forçes, et ce furent prêt de quinze milles hommes aguerris qui
vinrent prêter allegeance   Archaon. De ce qui suivit, il a été relaté dans un
précédent chapitre. Après la chute d'Arganoth, Azar'kul fut partagé entre
différentes peuplades barbares, et la puissance qui fût la sienne s'eclipsa
jamais...
    Ce n'est que que quelques années après, lorsque le lière commençait
envahir le royaume déchu d'Arganoth, que Jonaleth Irenicus, son fidèle
bras droit, entreprit de reconquérir ses anciennes terres. Après de longs mois
d'errance dans les sombres forêts de l'Empire, durant lesquels lui et son armée
durent se cacher de la colère vengeresse des inquisiteurs impériaux, il fût
surpris de constater que son domaine était intact, hormis Orkalath qui avait
été rasée jusqu'  ses fondations. Les quelques tribus qui avaient y etablies
domicile furent proprement massacrées, et Azar'kul fût entre les mains
d'Irenicus. Mais malgré tout le talent de ce dernier, jamais les terres Aghols
ne purent être reprises.
    Au centre de son nouveau royaume, Irenicus fonda Nargothrond, sa nouvelle capitale. Il s'agissait d'une
masse noirâtre, baignée en permanence d'une lumière pourpre, d'où
pointe d'innombrables tours effilées et de piques sanglants qui adressent
aux cieux leur damnation eternelle. C'etait le repère d'Irenicus et de ses
lieutenants, et les nuits de pleine lune on pouvait voir la tour s'illuminer de
milles feux et eclairer de sa froide lueur les terres d'alentour. La cité en
elle-même est battie sur un pic rocheux et la fantaisie d'Irenicus voulait
qu'elle soit battie en plusieurs niveaux, dont chacun était creusé dans la
montagne et bordé par un mur. Mais toutes ses portes n'étaient pas disposées
sur la même ligne: la grande porte du mur de la cité était   l'extremité
septentrionalle du circuit, mais la seconde faisait façe au sud, et la troisième
  l'orient. On accedait   chaque niveau en passant sous de larges voûtes
creusées   même la roche, lesquelles pouvait être obstruées   l'aide de
gigantesques portes de fer noir. La cité était ainsi très difficile   prendre,
car un siège en règle aurait été malaisé.
    La ville en elle-même était un endroit malsain etmalfaisant. La nuit,
au coin des sinueuses ruelles, des créatures aux griffes acerées pouvait
  l'improviste surgir des ombres pour lacerer les imprudents et eclabousser
les habitations de leur sang. De fièvreuses orgies étaient regulièrement
organisés dans les milieux bourgeois, et de plantureuses esclaves de plaisir
vendaient leurs corps dans les quartiers mal famé. Quelques fois, pour
satisfaire la soif de sang de la population, on selectionnait un de ces
courtisannes pour la torturer avec la plus grande cruauté sur la place
publique, après quoi son corps demembré était fiché au bout d'un pique et
planté sur les murailles de la cité. Le paysage de cette horreur plaisait  
Irenicus, car elle refletait au mieux ses états d'âme.
    Dans le premier cercle de la forteresse, on trouvait les marchands
et les gens du peuple, eternels martyres du reste de la ville car on y pratiquait
de fréquentes chasses   l'homme et d'autres jeux cruels. Les soldats en mal de
combats venaient y assouvir leurs besoins tyraniques, et Yshill'ya lui-même
y selectionnait les femelles qui viendrait grossir les rangs de son harem.
 Dans le second cercle logeaient l'armée etles officiers d'Irenicus: on y trouvait
de grandes casernes, des arênes d'entrainement, et des laboratoires de sorcier.
Le troisième cercle regroupait les plus nobles, puissants où érudits de la ville.
De grands palais d'un noir de jais venaient orner tel les joyaux d'une
couronne le dôme de la cité, et au dessus de tous se dressait la tour d'Irenicus,
recouverte d'oriflammes d'un rouge ecarlate et de visages grimaçants qui
surgissaient sporadiquement en clamant un hymne   la gloire du grand
architecte.


                           De l'armée

    Dans ce chapitre nousverrons en détail chacun des régiments qui
composent Lae Cutares, leur histoire et leur mode de combat.

    Les Paladins noirs: Ils sont l'élite de l'armée d'Irenicus, la prunelle de
ses yeux. Jadis templiers de Sigmar, la luxure et le vice en ont fait des
guerriers des plus redoutés de part le vieux monde, leurs prouesses martiales
n'étant égalées que par la soif de sang qui les habite. Au combat, ils se
regroupent en une seule unité, restant en retrait pendant que leur maître
écrase l'ennemi sous la magie, avant d'engager les survivants dans un
corps- -corps sanglant. Ils sont la plupart du temps accompagnés de
Tzaan, qui les affectionne tout particulièrement.

    Les épées du changement: Les épées du changement sont la garde
du corps rapprochée d'Irenicus, ces plus loyaux sujets. Seuls les plus
puissants guerriers de l'armée sont admis dans ce corps d'élite, et ce
au prix d'epreuves rituelles dont seuls peuvent survivre les plus forts
de corps comme d'esprit. Khazad le noir est leur chef. Au combat, on les
retrouve toujours au plus fort de la bataille, du fait de leur passion pour
les corps- -corps brutaux et sanguinaires.

    Les guerriers du loup noir: Ils sont d'autenthiques barbares nordiques,
fervents adeptes de pillages et de concours de beuverie. Se rassemblant en
une masse indomptable, le combat leur insuffle une sorte de joie sanguinaire,
et les tumultes de la batailles sont dominés par leurs chants rauques et
barbares. Ils sont souvent accompagnés d'Yshill'ya, qu'ils respectent pour la
facilité déconcertante avec laquelle il englouti des choppes de ghji, une boisson
locale   base de rhum, de miel et de sang de mouton.

    Les yeux et les oreilles d'Arganoth: Ces éclaireurs sont séléctionnés
parmis les plus agiles des guerriers du loup blanc, et surtout parmis ceux qui
supportent le plus l'alcool. Ils font office d'espions et de troupe de harcelement.
Ils sont aussi d'excellents dresseurs de chiens, et l'armée d'Irenicus comporte
beaucoup de ces "chiens du chaos", comme les appellent les peuplades du Sud,
qui, habituellemnt utilisés pour la chasse, font de très bonnes bête de combat.

    Le marteau d'acier: Ces auriges sont originaires du royaume elfique de
Tiranoc, que Jonaleth a convaint de le suivre dans sa décheance. Les
mutations qu'ils subirent par la suite les ontdéfigurés au point de les rendre
méconnaissables en tant qu'elfes, mais ils n'ont rien perdus de leurs facultés
martiales, et on les retrouve sur le champ de bataille, chargeant sur leurs
chars brinquebalants, pour semer la ruine dans les lignes ennemis.

    Démons, Khadar'phak et la Fureur venue des cieux: Ils sont la fierté
des généraux du Lae Cutares, le signe manifeste de la popularite dont ils
jouissent auprès de leurs dieux. La fureur venue des cieux est un petit groupe
de démons connus sous le nom d'"hurleurs de Tzeentch", qui sont la terreur des
balistes et autres engins de guerre ennemis. Khadar'phak est quand   lui un
groupe de démons sans forme définie, bondissants et délivrant
sporadiquement de puissantes décharges d'énergie chaotique pure qui font
muter les soldats adverses où les font exploser en une myriade d'étincelles
multicolores, et ce   la grande joie d'Irenicus.     

              Lae Cutares

    L'armée connue sous le nom de Lae Cutares peut maintenant être
considéré comme étant le reste du formidable ost qui fût celui d'Arganoth.
Dans ce chapitre nous allons cependant aborder la légion Alpha d'un point
de vue plus tactique, et ce avec le témoignage des nombreux généraux qui
l'ont affrontés, même si fort peu en ont réchappés.

    Selon Kristoff von Dietriech, lieutenant en chef dans la région du
Solland et stratège réputé : "L'armée d'Irenicus est très difficile   appréhender
et donc   contrer. Alors que la mission d'un capitaine impériale est de
défendre ou prendre un territoire, Jonaleth semble poursuivre un autre but,
qui m'échappe. Il est le maître de la tromperie et du mensonge, en conséquent
il ne verra aucune raison de suivre la noble voie du guerriers et du soldat. Il
attaquera rarement un endroit qu'il sait loyal   l'empereur, non, en fidèle
serviteur de Tzeentch, il tentera d'abord de le corrompre et de le diviser,
jusqu'  plonger la zone dans la guerre civile. Alors, avec ses troupes, il
lançera une attaque rapide et dévastatrice pour achever les survivants.
En conséquent, bien qu'on puisse le mépriser pour avoir recours   de telles
tactiques, le sous-estimer revient   s'acheminer inévitablement vers la défaite
et l'infamie..."
    Maître de la corruption, Irenicus l'est aussi de la magie, comme nous le
prouve Boris Godounov, sorcier estimé de l'ordre flamboyant : "Une bonne
dose de courage s'impose lorsqu'on affronte Jonaleth Irenicus, car alors les
cieux se gondolent et sont emplis d'éclairs multicolores, alors que des visages
grimaçants jaillissent du sol en chantant un hymne   la gloire du grand
architecte. La puissance magique d'Irenicus lorsqu'il est accompagnés de ces
deux infâmes confrêres, Tzaan et Yshill'ya, dépasse l'entendement, et   eux
trois ils forment une Cabale des plus redoûtées,   juste titre. En conséquent,
il est indispensable de s'entourer de sorciers compétents et surtout, fiables,
lorsqu'on part affronter la fureur de l'ost du changement, car dans le cas
contraire.....Sigmar ait pitié de votre âme"
    Jan Jasen, guerrier nain et amateur de rhum (bien fort) réputé,  
egalement son mot   dire: "Tout d'abord, je tiens   signaler que la qualité
de la bière de l'auberge dans laquelle on m'a conviée est plus que douteuse,
tout comme la fille de l'aubergiste qui a refusé de ceder   mes langoureux
attraits. Enfin bref. On m'a donc demandé de parler d'Irenicus. Une erreur
  ne pas commetre serait de sous-estimer la fléxibilité de ses troupes. Les
barbares des désolations nordiques sont des être robustes et courageux, pas
comme ces abrutis d'elfes, prompts   la colère comme au rire, des qualités
que nous apprécions, nous autres nains. Ce sont des barbares, et en tant que
tel habitués   la rude. Ils'adaptent très aisement   tout types de terrains et de
climats, supportent le froid sans broncher, pas comme ces racailles d'elfes.
La plupart sont vêtus très légèrement,   l'instar des maraudeurs, mais
d'autres, ceux que leurs dieux ont destinés   accomplir de grandes actions,
portent des armures d'un noir de jais qui les protègent autant que les
écailles d'un dragon. Enfin, ce sont de fiers et braves guerriers, s'offensant
pour un rien, il sera donc difficile de les faire fuir, au contraire de ces
couards d'elfe, qui détalent comme des lapins au moindre tir d'arquebuse.
Sur ce, je vais retourner   ma bière et vais dire deux mots   l'aubergiste"

Extrait de la "Chronique des seigneurs du nord, par l'érudit Fiedrick Huxx

J'espère que ça vous a plu.
J'ai vu la puissance du changement deferler sur le monde en une vague inébranlable, et les flammer asservir leurs pitoyables cités. Nous recouvriront l'Empire de secondes ténèbres, j'ai dit.
Avatar
Gros Nain Parano #2
Titre: Nain Bougon
Membre depuis Mars 2004 · 1134 Messages · Lieu: Tokyo
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
C'est pas plutot a mettre dans la section historique ca?
La victoire n'appelle pas d'explication
La defaite n'en souffre aucune
le nain noir #3
Membre depuis Juillet 2003 · 1980 Messages · Lieu: auxerre/ Dijon
Membre des groupes: Membre
Montrer profil · Lien vers ce message
dans la rubrique :"appendices historiques" pour etre exact
Je précise car comme Arganoth est nouveau il risque de chercher ou de penser " Tiens , un forum culturel où l'on consacre une section   parler histoire

Sinon c'est tres bien . Un détail ,j'ai vu des démonettes et un peu trop d'alusion a la perversité ( domaine de Slaneesh ) pour une armée de Tzeench
Un jour je tuerai le Nain Blanc.Un jour je tuerai le Nain Blanc. Un jour je tuerai le Nain Blanc. un jour....
Code de vérification: VeriCode Merci de recopier le code de vérification affiché dans l’image dans le champ adjacent.
Emoticones: :-) ;-) :-D :-p :blush: :cool: :rolleyes: :huh: :-/ <_< :-( :'( :#: :scared: 8-( :nuts: :-O
Caractères spéciaux:
Aller au forum
This board is powered by the Unclassified NewsBoard software, 20120620-dev, © 2003-2011 by Yves Goergen
Page générée en 763 ms (610.9 ms) · 60 requêtes sur la base de données en 565.8 ms
Heure: 15/11/2018, 19:32:13 (UTC +01:00)