Not logged in. · Lost password · Register
Forum: LFO, la communauté Informatique Actualité informatique RSS
Les RFID (dossier)
Avatar
DarK #1
Member since Jan 2003 · 3252 posts · Location: far away
Group memberships: Membre
Show profile · Link to this post
Subject: Les RFID (dossier)
Je vais vpous presenter rapidement les RFID, qui s'implantent peu   peu dans notre vie quotidienne et en particulier dans les rayons de nos supermarchés.



L'identification par radiofrequence (RadioFrequence IDentification).

Un système RFID (ou identification par fréquences radio) permet d'écrire, de stocker et d'effacer de l'information sur la puce électronique des étiquettes. En plus du transfert de données sans contact, la communication via l'antenne, permet également, des transferts sans visibilité entre le lecteur et l'étiquette au travers de matériaux opaques   la lumière, cette lecture pouvant s'effectuer simultanément sur plusieurs étiquettes.

La technologie RFID a la particularité de fonctionner   distance, sur le principe
suivant : un lecteur émet un signal radio et reçoit en retour les réponses des étiquettes
qui se trouvent dans son champ d’action. Il existe une variété presque
infinie de systèmes RFID.

Nous verrons ici différents aspects des RFID tout en étudiant leurs points forts et points faibles afin de mesurer l’étendue de cette technologie et son développement futur.


intro
historique
objectifs
principe de fonctionnement
fonctionnement avancé
avantages et inconvenients
problemes techniques
problemes juridiques
conclusion
bibliographie
[Image: http://membres.lycos.fr/fallen/images/banblood.gif]
This post was edited 2 times, last on 2005-06-25, 07:21 by Unknown user.
Avatar
DarK #2
Member since Jan 2003 · 3252 posts · Location: far away
Group memberships: Membre
Show profile · Link to this post
Subject: historique
Historique

-    Années 40 : Le système RFID est utilisé durant la seconde guerre mondiale par les militaires américains pour la reconnaissance   distance des avions amis ou ennemis.

-    1969 : Le premier brevet lié   la technologie RFID est déposé aux Etats-Unis par Mario Cardullo qui l’utilise pour l’identification des locomotives.

-    Années 70 : La technologie RFID est encore utilisée de manière restreinte et contrôlée, comme pour la sécurité des sites nucléaires.

-    Années 80 : En Europe, l’identification du bétail est la première application de la technologie RFID dans le secteur privé. S’ensuivent de nombreuses utilisations commerciales, notamment dans les chaînes de fabrication des constructeurs automobiles.

-    Années 90 : miniaturisation du système RFID : IBM intègre la technologie dans une seule puce électronique. Début de la normalisation des RFID.

-    2004 - 2005: production d’étiquettes RFID de moins d’un mm², adoption de standards tels que EPC 2nde génération. Les entreprises technologiques et les industriels ont largement financés la recherche, notamment par le biais du Auto-ID Center au Massachusetts Institute of Technology (MIT).
[Image: http://membres.lycos.fr/fallen/images/banblood.gif]
Avatar
DarK #3
Member since Jan 2003 · 3252 posts · Location: far away
Group memberships: Membre
Show profile · Link to this post
Subject: Objectifs
Objectifs:

-    Des puces et des étiquettes toujours plus petites :  Les RFID peuvent être miniaturisé   l’extrême. Ces tags fabriqués par Hitachi mesurent 0,25mm².
 
-    Une production massive: La production en volume des récentes puces en plastique est prévue pour 2009. Infinéon mise sur sa propre technologie dans ce domaine. De telles puces seront utiles pour marquer les emballages (paquet de chips…) en grande distribution.

-    Assurer la traçabilité et la sécurité.

-    Réduire les stocks des entreprises grâce   une information instantanée sur l’état des stocks et ainsi réduire les coûts de manipulation (de palettes…).

-    L'identification unique des articles afin de faciliter le contrôle d'expédition et de réception, ainsi que l'inventaire en point de vente et en entrepôt. Parmi les premiers bénéfices mesurés, c'est l'amélioration de la disponibilité des produits en bout de chaîne qui présente le plus de promesses. Mark & Spencer teste déj  cette technologie afin de vendre plus.
[Image: http://membres.lycos.fr/fallen/images/banblood.gif]
Avatar
DarK #4
Member since Jan 2003 · 3252 posts · Location: far away
Group memberships: Membre
Show profile · Link to this post
Subject: Principe de fonctionnement
Un système RFID se compose de trois éléments principaux :

-    l’équipement embarqué, c’est   dire les données, les fonctions et les caractéristiques physiques de l’étiquette

-    l’équipement de lecture, qu’il soit fixe ou portable, avec ses fonctions et ses caractéristiques physiques

-    l’équipement fixe ou système hôte, c’est   dire les machines, les fonctions, et les processus agissant ou utilisant les données échangées avec l’étiquette.


Le lecteur transmet un signal selon une fréquence donnée vers un ou plusieurs tags situés dans son champ de lecture. Ces tags transmettent un signal en retour. Lorsque les tags sont "éveillés" par le lecteur, un dialogue s’établit selon un protocole de communication prédéfini, et les données sont échangées.
[Image: http://membres.lycos.fr/fallen/images/banblood.gif]
Avatar
DarK #5
Member since Jan 2003 · 3252 posts · Location: far away
Group memberships: Membre
Show profile · Link to this post
Subject: fonctionnement avancé
Fonctionnement Avancé.

L’étiquette ou tag :

Elle comprend une puce, dont la taille peut être parfois réduite   celle d’un point, reliée   une antenne bobinée ou imprimée. L’étiquette peut également être nommée transpondeur ( transmetteur / répondeur). La puce contient un transmetteur radiofréquences qui contrôle et module les fréquences radio que l’antenne va émettre et recevoir.

On peut différencier les tags en trois catégories selon leur alimentation :

-    Les tags passifs :
          Ils ne disposent pas de leur propre source d’énergie. L’énergie
          nécessaire   leur fonctionnement leur sera délivrée par le lecteur.
    Leur capacité est généralement de 32   128 bits. Ils sont légers et
peu coûteux. Leur durée de vie est quasi illimitée et la lecture exclusive ou la lecture/écriture 
     de données.

-    Les tags semi-actifs :
ils fonctionnent comme les tags passifs mais disposent d’une batterie permettant le stockage des données et le fonctionnement du processeur.

-    Les tags actifs : Ils disposent de leur propre autonomie (pile) pour émettre des 
données. Ils sont les plus performants : puissance de calcul, puissance du signal, capacité(pouvant atteindre 10Kbits)  et portée plus importante, mais leur durée de vie est plus courte (moins de 10 ans) tandis que leur coût de fabrication et leur taille sont plus élevés. Ils peuvent délivrés une réponse dans un délai de moins de 100 ms.




La puce autorise les accès en écriture ou lecture   la mémoire. La capacité de la mémoire des tags varie d’un byte   plusieurs kilo bytes.

Les trois types de mémoire les plus utilisés par les tags sont :
-    EEPROM ( Electrically Erasable Programmable Read-Only Memory )
Cette mémoire consomme beaucoup d’énergie en écriture et le nombre de réécritures est fini (de 500000   1000000 environ)
-    FRAM ( Ferromagnetic Random Access Memory)
Cette mémoire consomme beaucoup moins d’énergie que l’EEPROM pour un meilleur temps d’écriture (1000 fois plus rapide).
-    SRAM (Static Random Access Memory)
Cette mémoire autorise des vitesses d’écriture très rapide mais nécessite une batterie auxiliaire.



Les principales caractéristiques des tags RFID sont :
-    Origine et nature de l’énergie
-    La distance de lecture
-    La forme et la taille
-    Le packaging
-    La Quantité  et le type de mémoire
-    Le nombre de tags lus simultanément
-    Le coût





Le lecteur :

Le lecteur est composé au moins d’une carte électronique et d’une antenne. Il peut lire et éventuellement ( selon la technologie mise en œuvre) écrire des données dans la mémoire du tag. Le lecteur peut émettre des ondes radio et un champ magnétique. Le lecteur peut être fixe ou mobile et son antenne peut apparaître sous différentes formes. Elle lui permet d’émettre et d’écouter les réponses des tags se situant dans son champ de lecture.

Le lecteur peut se décomposer en plusieurs modules :
-    un module radio ( émetteur et récepteur)
-    une interface de contrôle
-    éventuellement une interface de transfert des données vers d’autres systèmes (PC…)

Le rôle du lecteur est de :
-    demander au transmetteur de radiofréquences d’émettre un signal et de recevoir 
      les réponses.
-    identifier les étiquettes et éventuellement transmettre leur identité vers un ordinateur central.
 
Exemple : intégration d’un lecteur   une porte afin d’effectuer un contrôle des accès.

Nous avons évoqué le fait qu’un dialogue s’établit entre le tag et le lecteur selon un protocole de communication. Voyons maintenant le protocole de communication.



Protocole de communication:
Les protocoles utilisés sont très variés par leur façon de moduler les ondes radios, d'encoder l'information contenue dans la puce, leurs diverses commandes de lectures /écritures /vérifications utilisées, leur niveau de sécurité requis.
Un protocole de communication utilisé par un système RFID est composé de plusieurs couches. Les trois couches principales sont : Application, Communication et Transport.
La couche application défini le contenu et la mise en forme de l’information :
-    Définition est mise en œuvre du processus métier.
-    Traitement informatique correspondant.
-    Données échangées.
-    Syntaxe et mise en forme des données pour l’échange.

La couche communication contient les règles de dialogue et de communication nécessaires au lecteur et au tag pour se comprendre. Le rôle de cette couche est:
-    Reconnaissance et identification
-    Réduction du risque de collisions
-    Présentation des données dans l’étiquette
-    Gestion d’une partie de la lecture/écriture sur l’étiquette.
-    Sécuriser les transactions
-    Gestion de la fin du dialogue

La distance et le volume d’informations échangées dépendent de la couche transport.
Les éléments pris en compte par cette couche sont :
-    la modulation
-    la capacité de transmission
-    la vitesse de transmission
-    la fréquence

Les composants d’un système RFID communiquent entre eux via des interfaces :
-    l’interface aérienne définie par le lien de communication hertzien lecteur/tag.
-    l’interface locale, entre le lecteur et les applications informatiques utilisatrices.

Lorsque le tag est passif, l’énergie, les données et les pulsations d’horloge nécessaires   son fonctionnement sont fournis par le lecteur. On distingue alors deux manières de communiquer pouvant se recouvrir :
-    La communication par champ magnétique : La puce est alimentée par des basses fréquences générant un courant dans l’antenne du tag. L’information est transmise ici par modulation. Les modulations sont analysées par la puce puis numérisées.
-    La communication par ondes radio : Elle est utile lorsque par exemple la distance lecteur/tag est trop élevée pour permettre une communication par champ magnétique. La puce est ici alimentée par des fréquences plus élevées et on utilise la réflexion des ondes radio pour assurer la transmission de l’information.

On distingue également les communications full duplex / half duplex des communications séquentielles. En mode full duplex ou half duplex, le tag diffuse l’information dés qu’il se trouve dans le champ de lecture du lecteur. En mode séquentiel, le tag diffuse l’information   intervalles réguliers lorsqu’il se trouve dans le champs de lecture.
La fréquence est l’élément clé de la couche transport; Voyons maintenant en détails les fréquences.




1.2.3 Les fréquences

Rappel sur les fréquences : L’émission d’un signal radio se fait dans un rayon de quelques centaines de mètres selon la puissance de l’installation et la fréquence utilisée.
On sépare les fréquences selon trois plages :
-    Basses fréquences : 100   500kHz avec une distance de lecture de quelques cm.
-    Moyennes fréquences : 10   15MHz avec une distance de lecture de 50   80cm.
-    Hautes fréquences : 850   5800MHz avec une distance de lecture de plusieurs m.

Les systèmes RFID génèrent des ondes et sont soumis   la législation sur les systèmes radio leur imposant de ne pas perturber le fonctionnement des autres systèmes radio (TV, services de secours, militaire, téléphonie mobile…). Les seules plages utilisables sont en principe les plages ISM (Industrial Scientific Medical) et les plages basses fréquences en dessous de 135kHz (exemple pour la France).

Les avantages des basses fréquences sont :
+    Economie d’énergie pour le tag
+   Amélioration du taux de pénétration dans l’eau et   travers les matériaux non
      métalliques.

Avantages et inconvénients des fréquences plus élevées:
+    Augmentation de la vitesse d’horloge et diminution du temps de calcul.
+    Elargissement de la bande passante ( fréquence Max – fréquence min).
+    Augmentation des débits.
-    Transmission plus sensible aux interférences

Les principales plages de fréquences utilisées par les systèmes RFID sont les basses
fréquences (125 et 134.5 kHz) et les fréquences ISM : 6.78MHz, 13.56MHz, 27.125MHz,
40.68MHz, 433.92MHz, 869.0MHz, 2.45GHz, 5.8GHz et 24.125GHz.

La plage de fréquences la plus utilisée est de loin 13.56MHz (haute fréquence) car cette fréquence permet :
-    une lecture fiable et sans contacts.
-    une technologie normalisée sans batterie.
-    une résistance aux perturbations électromagnétiques.
-    la possibilité d’enregistrer et de modifier les informations contenues dans le tag.
-    La protection des informations.

Le couplage est étroitement lié   la fréquence et   la portée du système (qui peut varier de quelques mm   plusieurs m). On distingue trois types de couplages entre un tag et un lecteur :
-    Close coupling systems : Ces systèmes ont une portée très faible (1cm) et fonctionne avec des champs magnétiques allant jusqu ‘  30MHz.
-    Remote coupling systems : la portée de ces systèmes très répandus est d’environ 1m tandis que les fréquences utilisées sont 135kHz et 13.56MHz.
-    Long range system : Ces systèmes peuvent porter   plusieurs mètres et utilisent la réflexion pour communiquer. Leurs performances augmentent et leur coût diminue
[Image: http://membres.lycos.fr/fallen/images/banblood.gif]
Avatar
DarK #6
Member since Jan 2003 · 3252 posts · Location: far away
Group memberships: Membre
Show profile · Link to this post
Subject: avantages et inconvénients
avantages et inconvénients des RFID

1.3.1 Avantages

-    Souplesse: Forme, taille et position du tag adaptables aux nombreux besoins.
-    Lecture sans contact et sans visée.
-    Robustesse : Résiste aux influences de l'environnement (humidité, température).
-    Système anti-collision permettant de différencier plusieurs objets simultanément.
-    Sécurité du contenu : protection contre la copie, protection des données par mot de passe ou Cryptage des transmissions de données.
-    Risque de pertes ou de vols de la puce quasi nul.
-    Fiabilité (Code de correction d’erreurs ou doublage de l’information)
-    Souplesse d’utilisation : possibilité de modifier des données stockées sur un tag en cours de traitement.
-    Durée de vie.
-    Traitement rapide de l’information.
-    Polyvalence.



1.3.2 Inconvénients

L'étiquette RFID a néanmoins des limites :
-    Une distance de lecture limitée   50 cm en France compte tenu des niveaux de puissance autorisés aujourd’hui.
-    Une perturbation possible du signal radio par la présence de métal par exemple.
-    La sensibilité aux ondes magnétiques.
-    Les perturbations induites par les étiquettes entre elles.
-    Un coût élevé pour les tags actifs.
-    De nombreuses contraintes liées   la législation.
-    Des problèmes de collisions lors des lectures simultanées de plusieurs tags.


Comment  seront corriger ou contourner ces inconvénients :
-    Utilisation d’une puce   double fréquence descendant au plus bas dans le spectre radio pour contourner les problèmes de liaison perturbée dû   certains matériaux comme l’aluminium ou   l’eau.
-    Mise en oeuvre d ‘autres solutions adaptées au cas par cas pour les bouteilles de gaz par exemple, solutions adaptées mais coûteuses.
-    Amélioration des algorithmes anticollisions afin de pouvoir lire plus d’étiquettes simultanément, pour le passage en caisse par exemple.
-    La production massive permettra la réduction des coûts.
-    L’augmentation du rapport qualité/prix des RFID leur promet un développement très rapide dans les années   venir.
-    Une utilisation généralisée des étiquettes radiofréquences permettrait   moyen terme leur production en masse et l'obtention, par conséquent, d'un prix d'achat plus faible.

Nous détaillerons plus tard les problèmes d’ordre technique ou d’ordre juridique rencontrés par les RFID ces dernières années. Pour le moment, comparons les avec les codes barres.



Les étiquettes RFID se rangent dans la catégorie des technologies d’identification automatique, au même titre que les codes   barres. Tous les deux sont prévus pour fournir l'identification rapide et faible d'articles mais la différence principale entre ces deux technologies est que le codage   barres se lit avec un laser optique et que le lecteur RFID balaye ou interroge une étiquette en utilisant des signaux de fréquence radio. Les codes barres dominent les systèmes d’identification automatique depuis plus de 20 ans.

les avantages des étiquettes radio fréquence par rapport au codex barres sont:
-    La capacité de mise   jour du contenu et la capacité accrue.
-    La traçabilité des produits.
-    L’identification ( pour payer tous les produits d’un caddy illico).
-    La vitesse de marquage ( codes barres nécessite une manipulation et une pose des étiquettes mécanisée ou manuelle).
-    Une sécurité d’accès au contenu et une plus grande durée de vie.
-    Une plus grande souplesse de positionnement.
-    Une meilleure protection aux conditions environnementales. (peuvent être placées   l’intérieur de l’objet).
[Image: http://membres.lycos.fr/fallen/images/banblood.gif]
Avatar
DarK #7
Member since Jan 2003 · 3252 posts · Location: far away
Group memberships: Membre
Show profile · Link to this post
Subject: problemes techniques
3.1 Problème Techniques

3.1.1 RFID : le problème de la sécurité

Les enjeux relatifs   la sécurité des RFID sont importants. Les RFID posent des problèmes de sécurité   différents niveaux :
-    Empêcher un attaquant de lire voir modifier les données.
-    Eviter la duplication des données.
-    Rendre impossible contrefaçons de tags.
-    Corriger les failles des lecteurs pouvant être exploitées pour perturber le système.
-    Sécuriser ou crypter les échanges d’informations par ondes susceptibles d’être intercepter.
-    Faire en sorte qu’un attaquant ne puisse pas imiter ou rejouer une transaction qu’il aurait enregistrée.


Lutter contre les attaques extérieures par les ondes :

La sécurité est primordiale car les RFID peuvent être attaqués   distance sans que leur propriétaire puisse s’en apercevoir. On retrouve ici une partie de la problématique de la sécurité des transferts d’informations au sein des réseaux wifi.
Un logiciel libre, RFDump, permet déj  la lecture et la modification de différents type de tags RFID.
Comme tout support numérique, l’étiquette radio fréquence peut être protégée par mot de passe en écriture ou en lecture. Les données peuvent être chiffrées. Dans une même étiquette, une partie de l’information peut être en accès libre, et l’autre protégée. Cette faculté fait de l’étiquette RF, un outil adaptée   la lutte contre le vol et la contrefaçon.

Comme nous l’avons vu précédemment, les RFID de leur cotés vont servir   lutter contre le vol des objets de luxe ou   forte valeur ajoutée. Néanmoins leurs capacités de traçabilité inquiètent les défenseurs des libertés individuelles.  

D’autres problèmes techniques se posent avec les RFID comme la perturbation des ondes, les collisions et les lectures multiples. Chacun de ces problèmes est une nouvelle faille exploitable par des personnes mal intentionnées ( qui cherchent par tout les moyens   déceler la moindre faiblesse du système RFID afin de l’exploiter).

Nous allons maintenant détailler ces problèmes et leurs éventuelles solutions ainsi que d’autres problèmes rencontrés par les technologies RFID.


 
3.1.2 Perturbation des Ondes et Antennes

Une liaison optique n’est pas nécessaire aux tags RFID pour communiquer. La propagation des ondes nous évitent certains problèmes mais est soumise   d’autres contraintes.
Les ondes peuvent être perturbées de plusieurs manières :
-    Certains matériaux peuvent gêner voir empêcher leur propagation si ils servent             d’emballage par exemple.
-    Les lecteurs ont des difficultés   communiquer avec un tag dont l’antenne est orientée de façon perpendiculaire   leur propre antenne.
-    La multiplicité des produits dans un récipient, un chariot ou un caddy ne facilite pas la communication avec tous les tags supposés non rangés et orientés de façon aléatoire. Certains produits pourraient alors rester invisible au lecteur.

Les solutions envisageables pour ces problèmes d’orientation sont :
-    La mise en œuvre d’antenne moins sensibles   l’orientation.
-    Munir le lecteur de plusieurs antennes orientées de différentes façons.
-    L’installation de plusieurs antennes   connecter au lecteur l’une après l’autre.

Cette dernière solution semble la plus économique et permet d’éviter tous problèmes de collisions. Voyons maintenant ce que sont les problèmes de collisions.

3.1.3 Collisions et Lectures multiples
 
Les collisions entre les données de différents tag peuvent se produire si plusieurs tags émettent simultanément. Dans beaucoup d'applications, il est nécessaire de pouvoir communiquer avec une puce alors que plusieurs autres puces se trouvent simultanément dans le champs de lecture du lecteur. La capacité d'un système RFID   communiquer avec un seul tag   la fois est déterminée par la qualité de son algorithme anti-collision qui permet d'identifier et de communiquer avec un tag par session de communication.

La lecture multiple des données est un problème dû au fait qu’un tag ne peut pas forcément être scanné par 2 lecteurs simultanément. Cela est dû au fait que tous les lecteurs ne sont pas capables de fonctionner en présence d’un autre lecteur.

Ces problèmes importants apparus avec les premiers RFID sont aujourd'hui compensés par :
-    L’utilisation de fréquences élevées (sur bande UHF…) permet une amélioration de la capacité de lecture d’un lecteur grâce   des taux de transfert de données plus important.
-    La transmission rapide des données permet au lecteur de traiter plusieurs tags dans son champs de lecture rapidement en évitant en partie les collisions de données.
-    L’utilisation d’un protocole anti-collisions, utile pour contrôler la fenêtre de temps nécessaire   chaque tag pour répondre, permet de réduire encore les risques de collisions.
-    La numérotation unique des tags est utilisée par le protocole anti-collision pour différencier ces derniers et leur allouer du temps.
-    De nouvelles normes ISO sont en cours pour répondre au problème de lecture multiple par une généralisation des lecteurs multiples.

Voyons maintenant quels sont les problèmes liés aux normes et aux standards.

3.1.4 Normalisation et Standardisation
 
Nous venons de voir l’importance des normes avec l’exemple des différents types de lecteurs ne permettant pas forcément une lecture en présence d’un autre lecteur. Les lecteurs ne sont pas les seuls éléments   standardiser. Pour une interopérabilité, l’ensemble des équipements RFID doit être normalisé. Voici les efforts   faire au niveau des normes et des standards :
-    Le format des données renvoyées par les tags en lecture seule doit être standardisé.
-    La représentation des données stockées dans la mémoire flash des tags inscriptibles gagnerait   être normalisée afin de faciliter la lecture de ces données aux différents intervenants. Cet espace mémoire libre (2Kbits environ) peut servir de différentes manières selon les besoins des utilisateurs. Le format Xml serait envisageable si on disposait de plus d’espace, un format plus compact sera adopté.
-    Normaliser les protocoles de communication.

Les normes relatives au protocoles de communication (air-interface) ont pour désignation:
-    ISO 18000-1 : le vocabulaire
-    ISO 18000-2 : pour des fréquences de communications inférieures   135 KHz
-    ISO 18000-3 : pour une fréquence de fonctionnement   13,56 MHz
-    ISO 18000-4 : pour une fréquence de 2,45 GHz
-    ISO 18000-6 : pour des fréquences comprises entre 860 et 930 MHz
-    ISO 18000-7 : pour un fonctionnement en 433 MHz

L’ISO (International Organization for Standardization) est l’union des institutions nationales de standardisation tel que l’AFNOR (France). C’est l’ISO qui se charge de la mise en œuvre des standards. Aucune norme unique a été adoptée pour les RFID et plusieurs normes se partagent le marché. Les tags RFID fonctionnent selon des normes tel que EPC global ou l’ISO 14443 (les principales). Les lecteurs RFID polyvalents seront donc des appareils respectant plusieurs normes.

La norme ISO spécifie :
-    la différence entre proximité (0   10 cm) et voisinage (10 et 70 cm).
-    les fréquences radio (la fréquence conditionne la portée).
-    la phase d'initialisation de la puce (écriture),
-    les méthodes de dialogue utilisées entre le lecteur et tag RFID,
-    les algorithmes d’anticollision qui visent   éviter les erreurs lorsque plusieurs tags sont lus en même temps.

Le marché des équipements RFID, est en passe de se doter d'un standard commun, censé améliorer l'usage de ces dispositifs : le très attendu EPC-G2 prévu pour avril 2005.
Pour l'instant, de nombreuses technologies concurrentes s'affrontent en matière de communications sans fil entre étiquettes et lecteurs. Avec un protocole commun, tout lecteur lirait aisément toute étiquette, sans se soucier du fabricant. Le standard faciliterait les échanges internationaux car tous les pays n'utilisent pas le même spectre de fréquence. La vulnérabilité aux interférences de signaux serait également réduite. Enfin, le protocole devrait ouvrir la voie aux projets de grandes envergures, en permettant d'étiqueter des millions d'objets usuels. Ce standard sera mis en place chez les principaux constructeurs comme Texas Instrument, Philips Semiconductors, EM Microelectronics…

Malgré le spectre des brevets liés aux RFID, EPC Global estime que rien ne doit freiner le développement de la technologie et étudie les moyens de contourner celles d'Intermec voulant toucher des royalties sur ses brevets.

3.1.5 Coûts de fabrication

Aujourd’hui, le coût de fabrication d’un tag RFID passif (pour étiqueter un produit de supermarché par exemple) est proche de 0,25$  (janvier 2005).
On comprend facilement que le coût du tag doit rester négligeable par rapport au prix du produit   étiqueter si l’on ne veut pas d’augmentation significative des frais ou des tarifs.
Certains estiment que les tags RFID se répandront vraiment dans la grande distribution lorsque leur prix unitaire sera inférieur ou égal   0,05$.
Le coût encore relativement élevé des RFID les destine en premier lieu   des marchandises ou des lots de marchandises d'une certaine valeur. Ce coût va rapidement baisser.
En face de ce prix unitaire brut relativement élevé, il faut mettre les gains substantiels obtenus par l'automatisation du suivi des produits :
·    Automatisation des manipulations, bien sûr (stockage, transport...),
·    Réduction des pertes en entrepôt,
·    Assurance qualité dans l'acheminement (contrôle et optimisation des délais et des destinations),
·    Traçabilité des produits périssables (contrôle de la chaîne de froid),
·    Limitation des fraudes et vols.
[Image: http://membres.lycos.fr/fallen/images/banblood.gif]
Avatar
DarK #8
Member since Jan 2003 · 3252 posts · Location: far away
Group memberships: Membre
Show profile · Link to this post
Subject: Problemes juridiques
3.2 Problèmes d’Ethique et Risques Juridiques
3.2.1 Protection des données personnelles

La technologie RFID est actuellement l’objet de vives controverses aux Etats-Unis. Des associations de consommateurs et de défense des libertés accusent cette technologie de porter atteinte aux libertés individuelles. En France, La Cnil estime que les RFID sont des données personnelles au sens de la loi informatique et libertés de 1978 et de la directive européenne sur la protection des données personnelles. Afin de faire respecter le droit d'accès, prévu par la loi, elle estime que «la seule solution consiste en la neutralisation définitive (au moment de la vente par exemple) ou temporaire de la puce», et que «des dispositifs techniques garantissant la neutralisation des RFID devraient donc être incorporés dès leur fabrication».
Il existe actuellement peu de puces RFID contenant directement des informations personnelles. Il est toutefois intéressant de distinguer les applications dans ce cas et les autres.

Les puces contenant des données personnelles :
-    L’utilisation d’un traitement automatisé sur ces puces RFID est soumis   la loi relative   la protection des personnes physiques   l’égard des traitement s de données   caractère personnel. (dernière modification : 06/08/2004)
-    Obligation de déclaration des traitements opérés.
-    Obligation d’information des personnes auprès desquelles des données sont recueillies par le biais de la puce.
-    Obligation d’information des personnes dont les données sont recueillies afin d’être intégrées au sein de cette puce.
-    Obligation de sécurité liée   la préservation des données pour garantir la non déformation, la non divulgation (auprès de tiers non autorisés) et leur intégrité.
-    Déclaration de tout lecteur visant   recueillir des données personnelles   la CNIL.

Les puces contenant des données relatives   des produits ou des biens :
-    Dans ce cas, c’est le regroupement des informations relatives aux produits et aux biens associées   des informations personnelles venant d’un autre support (carte   puce…) qui doit faire l’objet d’une obligation d’information et respecter la loi précitée.
-    Principe d’identification indirecte soumis   des lois.

Des risques sont identifiés : l'insignifiance apparente des données, la priorité donnée aux objets vis- -vis de l’individu, la logique de mondialisation américaine sans prise en compte des principes européens de protection de la vie privée et enfin le risque de non vigilance individuelle face   la présence de RFID dont la présence et l’activation restent invisibles. Certains craignent que ces puces ne se transforment en espions permettant de tracer tous les produits que nous utilisons.

Metro c’est fait épinglé par les associations lorsque des puces RFID ont été découvertes dans des cartes de fidélité délivrées aux clients. Dans ce contexte difficile, Benetton a annoncé vouloir recourir aux RFID pour ses vêtements et s’est empressé de préciser dans un communiqué peu de temps après qu’aucun vêtements vendus ne comportait pour le moment de puces afin de rassurer ses clients. Les tags RFID posent problèmes car ils peuvent être lus
a l’insu de leur porteur qui ne sait peut être pas qu’il est porteur d’un ou plusieurs tags.

Les lecteurs RFID sont eux aussi soumis   des règles ; Leur portée est restreinte par la législation afin d’éviter qu’ils ne créent des perturbations sur les équipements de santé tels
que les pacemakers, mais aussi sur l’organisme humain.
3.2.2 Contrôle d’activité
La technologie RFID (et ses applications) peut présenter certains risques juridiques en matière de contrôle de l'activité des salariés. La présence de puces RFID dans les badges de salariés et/ou la présence de nombreux lecteurs de puces RFID au sein de l'entreprise destinés   identifier. ex :  la caissière de supermarché.
Un système d'identification intégrant des puces RFID peut fournir   l'employeur le pouvoir d'exercer un contrôle de l'activité de ses salariés. D’après le code du travail, le comité d'entreprise devra être informé et consulté préalablement   la décision de mise en œuvre permettant ce contrôle. Dans tous les cas, l'employeur devra effectuer une déclaration auprès de la CNIL si le système d'identification RFID consiste ou permet de collecter des informations relatives   ses salariés.
Cette polémique autour des tags RFID ne va pas sans rappeler celle des cookies dans les années 1999-2000. Les cookies et les RFID ont plusieurs points communs dont le fait qu’ils peuvent l’un comme l’autre être utile et anodin ou encore que les professionnels les utilisant doivent adopter un comportement responsable. Une question d'ordre éthique se pose et toute personne choisissant de dépendre d'une technologie devrait pouvoir déterminer qui contrôle cette technologie et   quel degré de dépendance ou d'indépendance elle peut prétendre.

3.2.3 Propriété de l’information
La propriété des informations est souvent problématique. La gestion des informations recueillies par les puces RFID et stockées sur des serveurs entre dans cette problématique. Ces informations sont contenues au sein des puces RFID et destinées   être exploitées dans des bases de données reliées   des lecteurs.
Chaque intermédiaire est susceptible d’écrire des données, alimentant le contenu qui sera accessible par d'autres. Chacun pouvant accéder aux informations saisies par ses prédécesseurs. Un constructeur aura accès aux informations inscrites par ces fournisseurs dans un objet mais les fournisseurs auront pas forcément accès aux informations final contenu dans la puces de l’objet associé au produit fini. Ces intervenants pourront alors envisager d'organiser et de mettre ne place une gestion contractuelle du partage de l'information.
Plusieurs solutions théoriques permettraient de contrôler l’usage des étiquettes RFID, mais leur mise en œuvre reste parfois problématique. La plus simple semble être de permettre la désactivation des puces   la sortie des magasins. La CNIL recommande d’intégrer, dès la fabrication, un dispositif technique garantissant la neutralisation du système RFID ainsi qu’un système de visualisation simple de l’état, actif ou non, de la puce. Cela permettrait d’empêcher le client d’avoir accès aux informations saisies dans la puce.
[Image: http://membres.lycos.fr/fallen/images/banblood.gif]
Avatar
DarK #9
Member since Jan 2003 · 3252 posts · Location: far away
Group memberships: Membre
Show profile · Link to this post
Subject: Conclusion
Conclusion :

L’utilisation des RFID pour le suivi des hommes, des animaux et des produits va
permettre d’optimiser de nombreux processus industriels, de minimiser les stocks et
d’améliorer un certain nombre de services. D’autres usages sont encore   inventer, car on présente souvent le tag RFID comme le successeur du code barre mais les RFID sont capables de bien plus que ça.

Aujourd'hui, les tags RFID souffrent de plusieurs maux. Leur prix tout d'abord. Alors qu'une étiquette code barre ne coûte que quelques centimes d'euros, les tags RFID reviennent, eux,   plusieurs dizaines de centimes voire   plusieurs dizaines d'euros selon les performances requises. Sans compter le lecteur proprement dit qui peut atteindre le millier d'euros.

Autre obstacle, la compatibilité des systèmes entre eux. Si deux entreprises n'ont pas le même fournisseur RFID, leurs systèmes ne pourront communiquer, ce qui limite les applications au cercle restreint de l'entreprise elle-même. Heureusement quelques normes et standards voient le jour afin de mettre un peu d’ordre au milieu de cette prolifération de systèmes RFID incompatibles entre eux. D’autres solutions apparaissent telles que les lecteurs RFID
multi-protocoles garantissant la compatibilité.

Reste les problèmes juridiques et en particulier le respect des libertés individuelles, problèmes relatifs   de nombreuses technologies mais particulièrement importants ici avec les possibilité de traçabilité des biens, de l’activité et de l’individu. Les efforts pour la sécurité de ces transactions par ondes doivent s’intensifier afin que cette technologie gagne la confiance des consommateurs.

La technologie RFID aura sans doute du mal   éviter une controverse. Selon une étude, quatre millions d'emplois seront affectés par cette technologie aux Etats-Unis. L'automatisation des processus modifiera le rôle des employés ; la masse salariale évoluera mais ne diminuera pas.

Malgré la barrière du prix, les RFID devraient bientôt connaître leur heure de gloire. Ils sont sur le point de se répandre massivement.
[Image: http://membres.lycos.fr/fallen/images/banblood.gif]
Avatar
DarK #10
Member since Jan 2003 · 3252 posts · Location: far away
Group memberships: Membre
Show profile · Link to this post
voil  c'est fini.

c'est une partie ( environ 40% ) d'un rapport pour un projet scolaire que j'avais réalisé en février 2005. Je pense que les informations sont encore d'actualité malgré une évolution rapide du contexte cette années.

j'espere que ça ça repondra aux questions que vous pouvez vous poser sur les RFIDs.

la segmentation par parties doit permettre de trouver facilement ce que vous rechercher.

je suis désolé de ne pas mettre de schéma, les liens en bibliographie ci dessous vous renverrons vers des sites qui completerons ces informations (et vous fournirons des schémas).

ça fait beaucoup de texte mais je ne voulais pas réduire la quantité d'informations.

ça doit être le premier sujet de ce genre et si vous trouvez ça inutiles alors faites  le moi savoir.



Bibliographie :

Livres:
Klaus Finkenzeller, RFID Handbook : Fundamentals and Applications in Contactless Smart Cards and Identification, Second Edition,  John Wiley & Sons, Ltd., England, 2003,

D. B. Harris, Radio transmission systems with modulatable passive responder, Brevet.

Historique de la RFID :
http://www.aimglobal.org/technologies/rfid/resources/shrou…

Sites web de reference:
http://rfidjournal.com/
http://rfidbuzz.com/
http://rfidlog.com/
http://rfidnews.org/
http://www.rfidgazette.org/

Organismes
http://www.cnil.fr
http://www.epcglobalinc.org/
http://www.aimglobal.org/
http://www.autoidlabs.org/
http://www.eannet-france.org/

Autres sources d’informations :

http://www.01net.com
http://www.zdnet.fr
http://solutions.journaldunet.com

http://www.cecurity.com/
http://www.advancedbarcodesystems.com
http://www.seeburger.info
http://www.guideinformatique.com/
http://www.poletracabilite.com/
http://www.neteconomie.com/
http://www.spiral.lu/
http://www.critt-tti.net

http://www.conventionrfid.com
http://www.gencod-ean.fr
http://rfid.weblogsinc.com
http://www.rfid-world.com
[Image: http://membres.lycos.fr/fallen/images/banblood.gif]
Avatar
Demon XIII #11
Member since Jan 2004 · 574 posts · Location: Au bahut ou...dans ma chambre...
Group memberships: Membre
Show profile · Link to this post
Euh.... calme toi Dark, tu sais personne ne t'en veux ici... :rolleyes:

Ton exposé a l'air très bien... mais j'avoue ne pas l'avoir encore lu... trop court sans doute... :lol:
Pourquoi tant de haine?

Parce queeeeeeeeee...
Avatar
Turgon #12
User title: Paladin Inquisiteur
Member since Jan 2004 · 2281 posts · Location: Strasbourg
Group memberships: Membre
Show profile · Link to this post
interessant.
J'ai pris la peine de liree l'expose, sauf quelques parties que j'ai parcouru en diagonale, et je trouve qu'il explique bien cette technologie. J'en avais deja entedu parler, mais ce texte m'a appris pas mal de choses interessantes sur les RFID.
Bravo!
Silent... leges inter arma

L'espoir est le premier pas vers la déception


Joueur Bretonnie & Garde Imperiale.

"-Vous voulez goûter ma bière ?? Elle fait grandir, et comme vous etes un elfe pas tellement grand bah…..aie…grimbus !! c’est pas la peine de m’écraser le pied !!!
L’elfe but une gorgée …et ses yeux se mirent a gonfler.. gonfler…. Tellement ils gonflerent que l’elfe s’envola !!!"
-Grimbus de fer
Close Smaller – Larger + Reply to this post:
Verification code: VeriCode Please enter the word from the image into the text field below. (Type the letters only, lower case is okay.)
Smileys: :-) ;-) :-D :-p :blush: :cool: :rolleyes: :huh: :-/ <_< :-( :'( :#: :scared: 8-( :nuts: :-O
Special characters:
Go to forum
This board is powered by the Unclassified NewsBoard software, 20120620-dev, © 2003-2011 by Yves Goergen
Page created in 2.3 s (1.2 s) · 103 database queries in 1.9 s
Current time: 2021-02-28, 17:12:17 (UTC +01:00)